REPLAY. Meurtre d'Angélique : revivez la conférence de presse du procureur de la République de Lille

Cette adolescente de 13 ans, qui avait disparu mercredi dernier, a été retrouvée morte dans la nuit de samedi à dimanche, à Quesnoy-sur-Deûle (Nord).

Voir la vidéo
Ce qu'il faut savoir

Le meurtrier pésumé va être présenté au parquet dans la journée pour "séquestration de mineur de moins de 15 ans en vue de la préparation d'un crime, viol sur mineur de moins de 15 ans et meurtre sur mineur de moins de 15 ans", a informé le procureur de la République de Lille lors d'une conférence de presse, lundi 30 avril, sur l'enquête sur le meurtre d'Angélique.

Cette adolescente de 13 ans, qui avait disparu mercredi dernier, a été retrouvée morte dans la nuit de samedi à dimanche, à Quesnoy-sur-Deûle (Nord), une commune proche de Wambrechies, où elle habitait. Une autopsie a été pratiquée lundi pour connaître l'origine du décès. L'homme de 45 ans, déjà condamné pour "viol" en 1996, a avoué le meurtre de la jeune fille.

 Angélique Six habitait à Wambrechies (Nord), au nord de la métropole lilloise. Elle a disparu mercredi après-midi, après avoir laissé "un mot disant rejoindre des copines pour ensuite rentrer". Le suspect, un ancien voisin, a expliqué aux enquêteurs avoir convaincu l'adolescente de le suivre chez lui pour offrir un cadeau à ses parents.

 L'homme de 45 ans, père de deux enfants, a avoué vendredi soir le meurtre de la jeune fille. Il avait été condamné en 1996 à neuf ans de prison pour viol avec arme, attentats à la pudeur aggravés et vol avec violence. Il était inscrit au fichier judiciaire national automatisé des auteurs d'infractions sexuelles (Fijais).

 Le suspect "respectait globalement" les obligations liées à son fichage au fichier judiciaire automatisé des auteurs d'infractions sexuelles ou violentes (Fijais), selon le procureur.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #ANGELIQUE

22h42 : Voici les contenus qu'il ne fallait pas rater sur notre site aujourd'hui :

Notre récit sur la mort de Cannelle, la dernière ourse de souche pyrénéenne que Nicolas Hulot projette de "remplacer" cet automne, et cette carte sur la présence du plantigrade dans les Pyrénées.

Notre décryptage sur le fichier des délinquants sexuels, très critiqué après la morte de la petite Angélique.

Notre résumé du scandale Windrush, qui a entraîné la démission de la ministre de l'Intérieur au Royaume-Uni.

21h25 : "La loi a énormément évolué depuis 20 ans."

Le meurtrier de l'adolescente ne faisait l'objet d'aucun suivi particulier. Sur franceinfo, le porte-parole du ministère de la Justice explique que ce ne serait plus possible aujourd'hui.

19h33 : Profil du meurtrier, déroulé des faits... Voici ce qu'il faut retenir de la conférence de presse du procureur sur le meurtre d'Angélique.

19h10 : Les maires n’ont pas à savoir, c’est aux services de l'Etat de faire leur boulot

19h10 : Le maire n’a pas à savoir que son administré est inscrit sur un fichier de délinquants sexuels. Il ferait quoi, surveiller l’intéressé ?

19h10 : Si le maire avait été informé cela changeait quoi ? Il aurait prévenu tous ses administrés?

19h10 : Dans les commentaires, vous êtes nombreux à ne pas comprendre le coup de gueule d'un élu de Wambrechies, qui voudrait que les maires soient avertis du fichage de leurs administrés.

18h44 : Oui @Mama. La marche blanche est prévue à 14 heures, à Wambrechies (Nord).

18h44 : C'est demain qu'aura lieu la marche Blanche pour Angélique?

18h57 : Les maires doivent-ils savoir si un de leurs administrés est sur le Fijaisv ? La question est posée après le meurtre d'Angélique. Le premier adjoint de Wambrechies a jugé "incompréhensible" de ne pas avoir "été mis au courant" de l'inscription du meurtrier dans ce fichier. Les précisions dans cet article.

17h23 : A quoi sert le fichier des délinquants sexuels ? Mis en place pour éviter la récidive, il est jugé inefficace par certains, puisqu'il n'a pas empêché le meurtre d'Angélique alors que son agresseur présumé y était répertorié. Franceinfo fait le point sur ce fichier qui comporte les noms de 78 197 personnes.



(MAXPPP)

16h43 : Le procureur de Lille, Thierry Pocquet du Haut-Jussé, a relaté avec moult détails les déclarations en garde à vue de l'homme suspecté d'avoir violé et tué la jeune Angélique, 13 ans, à Wambrechies. Voici un extrait de sa conférence de presse. Attention, certains passages peuvent choquer.



16h03 : Est-il vraiment utile de donner tous les détails de ce que cette enfant a subi ? Un peu de pudeur ne nuirait pas à l'infirmation, parfois.

16h02 : Pourquoi le procureur donne-t-il tous ces détails au public ? Est-ce que la famille peut s opposer à ce que tout ça soit déballé? Est-ce vraiment utile ?

16h01 : C'est vraiment émouvant et tellement révoltant ! Les personnes effectuant ces horribles actes doivent être mieux suivies ! Ce sont des pulsions dévastatrices ! En espérant que des mesures seront un jour effectuées pour que nos enfants soient réellement protégés. Mes condoléances à la familles et amis.

16h01 : Vous êtes plusieurs à réagir à cette conférence de presse du procureur de Lille, qui a relaté avec beaucoup de détails les déclarations du suspect devant les enquêteurs.

16h14 : Le suspect "respectait globalement" les obligations liées à son fichage au fichier judiciaire automatisé des auteurs d'infractions sexuelles ou violentes (Fijais), selon le procureur.

16h05 : L'homme va être présenté au parquet dans la journée pour "séquestration de mineur de moins de 15 ans en vue de la préparation d'un crime, viol sur mineur de moins de 15 ans et meurtre sur mineur de moins de 15 ans".

15h59 : Il a ensuite étranglé sa victime, qui se débattait, avec le pantalon de la jeune fille. Devant les enquêteurs, l'homme a affirmé avoir ensuite mis le corps de la jeune fille dans une valise dans sa voiture et l'avoir abandonné dans un fourré. Le décès est dû à une "asphyxie traumatique", explique le procureur.

15h53 : Le procureur rend compte des déclarations du suspect devant les enquêteurs. Il a expliqué avoir appréhendé la jeune adolescente dans un jardin près de son domicile et l'avoir emmenée chez lui. Il lui aurait alors imposé une fellation et des pénétrations digitales. Il a également dit avoir pris des pilules contre les troubles de l'érection quelques heures avant son acte.

15h44 : Le procureur rappelle le passé judiciaire de l'homme interpellé. "L'individu a été condamné le 26 mars 1996 pour viol avec armes sur mineur de moins de 15 ans et deux agressions sexuelles sur des femmes d'une quarantaine d'années", détaille-t-il. Les faits avaient été commis en janvier 1994. Il avait alors 20 ans.

15h44 : Le procureur de Lille, Thierry Pocquet du Haut-Jussé, commence sa conférence de presse sur le meurtre d'Angélique Six.

14h24 : A Wambrechies (Nord), la douleur est toujours vive après le meurtre d'Angélique Six, 13 ans. France 3 Hauts-de-France a recueilli les témoignages de proches et de riverains. Le procureur de la République tient une conférence de presse à 15h30 et une marche blanche est organisée demain à 14 heures.



(FRANCE 3)

11h51 : Le corps d'Angélique, retrouvé ce week-end, doit être autopsié dans l'après-midi. Le procureur de la République de Lille doit tenir une conférence de presse cet après-midi à 15h30.

10h36 : "Nous sommes dans une situation malheureusement trop classique où quelqu'un qui a été condamné pour des agressions sexuelles n'a pas fait un parcours de soin qui l'ait amené à la guérison."

Sur franceinfo, la présidente de l'association Stop aux violences sexuelles estime que "amener les gens à la guérison, c'est possible." "C'est une question de moyens, de volonté politique", ajoute-t-elle.

10h18 : Le meurtrier présumé d'Angélique Six, 13 ans, avait déjà été condamné en 1996 pour un viol avec arme commis sur une adolescente. On fait le point ici sur ce que l'on sait de lui.

08h54 : Hugues Renson, député LREM, réagit au meurtre d'Angélique, ce matin, sur franceinfo.

06h57 : Aujourd'hui en France consacre sa couverture au meurtre de la jeune Angélique. Un voisin, un homme de 45 ans, a avoué le crime.


07h38 : "Il faut que la justice trouve une solution pour ces pervers, ces sadiques, ces pédophiles. Nous sommes dégoûtés, écœurés. Ce n'est pas possible que les gens comme ça récidivent encore."

La tante d'Angélique témoigne sur franceinfo.