Les Sables-d'Olonne : trois morts après le chavirage d'une vedette de la SNSM, une personne portée disparue

Les trois sauveteurs sont morts vendredi au large des Sables-d'Olonne après le chavirage de leur vedette, sortie en pleine tempête Miguel pour porter assistance à un bateau de pêche dont le marin est porté disparu.

Sur les images de la webcam de la plage, on voit le bateau de la SNSM sur le rivage, ce vendredi 7 juin. 
Sur les images de la webcam de la plage, on voit le bateau de la SNSM sur le rivage, ce vendredi 7 juin.  (DEPARTEMENT DE LA VENDEE)

Trois marins de la SNSM sont morts et un pêcheur est toujours porté disparu, a annoncé la préfecture de la Vendée, après qu'une vedette de la SNSM s'est retournée vendredi 7 juin au matin au large de la plage de Tanchet aux Sables-d'Olonne, avec sept personnes à bord, rapporte France Bleu Loire Océan

>> Suivez notre direct sur la tempête Miguel 

C'est en allant porter assistance à un bateau de pêche en difficulté que la vedette de la SNSM a chaviré à 800 mètres de la plage vers 11 heures ce matin, avant de s'échouer sur les rochers de la côte. Trois sauveteurs ont perdu la vie. Quatre ont réussi à rejoindre la plage à la nage. Huit témoins présents sur le rivage ont tenté de leur porter secours en se jetant à l'eau. Ils ont été pris en charge par les pompiers.

Des débris du bateau de pêche qui a coulé au large des Sables-d'Olonne ont été retrouvés vendredi après-midi, a appris France Bleu Loire Océan. De plus, le radeau de survie du chalutier a lui aussi été localisé, mais il était vide. Il s'agit d'un bateau de pêche d'une longueur de 11,5 mètres immatriculé à Oléron (Charente-Maritime) et basé aux Sables-d'Olonne.

Son propriétaire reste introuvable. Il avait déclenché ses balises de détresse à l'entrée du chenal du port des Sables-d'Olonne en fin de matinée avant de disparaître. La préfecture maritime de l'Atlantique a annoncé vendredi soir mettre fin aux recherches.

Des moyens exceptionnels ont été déployés

Le centre opérationnel départemental a été activé ainsi que le plan Novi (nombreuses victimes) qui doit permettre de prendre en charge les blessés. Le Plan blanc, spécifique aux hôpitaux, a été pré-activé et les autorités préfectorales se sont rendues sur place.

70 sapeurs-pompiers ainsi qu'une dizaine de personnels du Samu ont été mobilisés. Trois hélicoptères (de la sécurité civile, la gendarmerie nationale et la marine nationale) participent également aux recherches, précise la préfecture.

"La mer était démontée"

Le président de la Société nationale de sauvetage en mer, la SNSM, a fait part de sa "tristesse". "C'est pour nous une très grosse épreuve", a dit Xavier de la Gorce lors d'une conférence de presse. "L'heure est aussi au réconfort, celui que l'on doit exprimer aux familles, à la communauté des sauveteurs et à la communauté maritime", a-t-il ajouté.

"C'est un drame épouvantable", a réagi sur franceinfo Benoît Brocart, préfet de Vendée. "Le bateau [de la SNSM] ayant chaviré, on déplore la mort de trois personnes. Les quatre autres occupants du bateau ont été récupérés et sont hors de danger", a-t-il précisé. "Les recherches sont toujours en cours" pour tenter de retrouver le propriétaire du chalutier, a-t-il poursuivi.

"On a perdu trois marins bénévoles, volontaires, qui ont payé leur engagement de leur vie, c'est d'une tristesse absolue", a commenté le maire des Sables-d’Olonne, Yannick Moreau, auprès de France Bleu Loire Océan. 

Le maire se demande comment un tel événement a pu se produire. "On a du mal à comprendre comment des bateaux ont pu prendre la mer, elle était démontée", a-t-il indiqué. Le préfet de Vendée, Benoît Brocart, ne pas avoir "suffisamment d'informations précises" à ce stade pour comprendre les conditions de la sortie de ce bateauLe naufrage s'est produit alors que la tempête Miguel balayait le littoral vendéen avec de fortes rafales de vent. Une rafale à 129 km/h a été enregistrée sur l'Ile d'Yeu.