VIDEO. Zyed et Bouna : Taubira juge "abjects" les propos de Christian Estrosi sur les familles

La garde des Sceaux a fustigé le "cynisme électoraliste" du maire UMP de Nice.

Voir la vidéo
LES 4 VERITES - FRANCE 2
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

La ministre de la Justice, Christiane Taubira, s'est dite "choquée" par les "paroles abjectes" du député UMP Christian Estrosi. La veille, l'élu estimait que "les familles n'avaient qu'à éduquer leurs enfants et faire en sorte qu'ils ne soient pas des délinquants", à propos des adolescents Zyed et Bouna, morts en 2005 à Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), après la relaxe de deux policiers jugés à Rennes. Le maire de Nice s'était par ailleurs "réjoui", mardi, de la relaxe des deux policiers.

"Commenter des décisions de justice par des responsables politiques, c'est déjà contestable", a lancé Christiane Taubira. "Venir jeter comme ça encore de la souffrance sur des cœurs meurtris avec du cynisme électoraliste (...), parce qu'il y a des personnes qui sont en campagne dans le Sud et qui courent après un parti politique qui n'a lui-même aucune décence, aucune pudeur, oui, je suis choquée", a-t-elle ajouté, faisant référence à la campagne de Christian Estrosi aux régionales en Paca face à la probable candidate du Front national Marion Maréchal-Le Pen.

"Un excès de vitesse" à pied ?

Christiane Taubira rappelle au passage à Christian Estrosi que les deux adolescents pouvaient difficilement être "en excès de vitesse", comme il l'affirme, car ils étaient à pied. Il semble que Christian Estrosi a pu confondre l'affaire Zyed et Bouna, qui s'est déroulée à Clichy-sous-Bois en 2005, avec l'accident de Villiers-le-Bel (Val-d'Oise) en 2007, où deux jeunes à moto, sans casques et en excès de vitesse, étaient morts dans la collision avec une voiture de police. 

La ministre de la Justice, Christiane Taubira, lors d\'une conférence de presse sur les discriminations en entreprise, le 19 mai 2015, à Paris.
La ministre de la Justice, Christiane Taubira, lors d'une conférence de presse sur les discriminations en entreprise, le 19 mai 2015, à Paris. (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)