Procès Georges Tron : l'une des plaignantes longuement interrogée

En direct du tribunal de Bobigny, le journaliste de France 3, Clément Weill-Raynal, fait un point sur le procès de l'ancien secrétaire d'État Georges Tron.

L'une des deux plaignantes a été entendue ce jeudi 14 décembre par la Cour d'assises de Seine-Saint-Denis dans le cadre du procès de Georges Tron. L'ancien secrétaire d'État et maire de Draveil (Essonne) est accusé de viol et d'agression sexuelle par deux anciennes employées municipales. "Virginie Faux, l'une des plaignantes, est en train de raconter la scène de viol qu'elle affirme avoir subi de Georges Tron. C'est le coeur de l'accusation, c'est de la réalité de cette scène que dépend l'issue du procès", précise le journaliste de France 3, Clément Weill-Raynal.

"Des incohérences"

Georges Tron quant à lui assure que cette scène n'a jamais eu lieu, c'est pour cela que la plaignante est longuement interrogée. "Il faut le dire, il y a dans son récit beaucoup d'incertitudes, de fragilité, et même d'incohérences", rapporte le journaliste en direct du tribunal de Bobigny (Seine-Saint-Denis). Pour l'heure, c'est le président qui interroge Virginie Faux, ensuite, ce sera au tour de la défense de prendre le relai. "Et là, l'accusatrice de Georges Tron va devoir subir le feu roulant et redoutable des questions de l'avocat de la défense, Me Dupond-Moretti", conclut Clément Weill-Raynal.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le maire de Draveil Georges Tron (LR) arrive au tribunal de Bobigny (Seine-Saint-Denis), mardi 12 décembre 2017, en compagnie de son avocat, Eric Dupont-Moretti.
Le maire de Draveil Georges Tron (LR) arrive au tribunal de Bobigny (Seine-Saint-Denis), mardi 12 décembre 2017, en compagnie de son avocat, Eric Dupont-Moretti. (JACQUES DEMARTHON / AFP)