Marc Machin en garde à vue pour "viol sous la menace d’une arme" et "escroquerie"

Marc Machin, délinquant multirécidiviste, a été placé en garde à vue pour des faits commis le 24 avril dans le 11e arrondissement de Paris.

Marc Machin, le 20 décembre 2012, au tribunal de Paris.
Marc Machin, le 20 décembre 2012, au tribunal de Paris. (PIERRE VERDY / AFP)

Le délinquant multirécidiviste, Marc Machin, a été placé en garde à vue, dans l'après-midi du jeudi 17 mai, pour "viol sous la menace d’une arme" et "escroquerie" commis le 24 avril dernier, dans le 11e arrondissement parisien, a appris franceinfo de source judiciaire, jeudi soir. L'homme a cambriolé l’appartement d’une jeune femme, puis l'a violée en la menaçant d’un couteau, selon une source policière de France 3. Il lui a dérobé de l'argent et des bijoux, selon cette même source. L’enquête a été confiée à la deuxième direction de la police judiciaire.

Marc Machin avait déjà été condamné en 2004 et 2005 pour le meurtre de Marie-Agnès Bedot, en 2001, sur le Pont de Neuilly (Hauts-de-Seine). Il a été acquitté le 20 décembre 2012, après trois procès. Entre-temps, en mars 2008, David Sagno, un SDF s'est présenté dans un commissariat des Hauts-de-Seine pour reconnaître deux meurtres de jeunes femmes, au pont de Neuilly, en 2001 et 2002 dont celui pour lequel Marc Machin avait été condamné. Après avoir passé six ans en prison et depuis sa libération, Marc Machin enchaîne les déboires avec la justice.

Déjà condamné en 2010

En 2009, il a été interpellé pour trois agressions sexuelles et condamné en mai 2010 à trois ans de prison. Il avait bénéficié d’une libération conditionnelle en décembre 2011, mais il était rapidement retourné en prison puisqu'il n'avait pas respecté son suivi socio-judiciaire de cinq ans auquel il était astreint.

Il a également été condamné en avril 2013 à six mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Paris pour "recel de vol de téléphone portable" et "violences", cinq mois après son acquittement.