Incendie à Paris : les antécédents psychiatriques de la suspecte

La principale suspecte dans l'affaire de l'incendie meurtrier à Paris aurait effectué 13 séjours en hôpital psychiatrique à Sainte-Anne, révèle mercredi 6 février le procureur de la République.

FRANCE 2

Moins d'une semaine avant l'incendie à Paris, rue Erlanger, la présumée incendiaire était encore hospitalisée à Sainte-Anne. Le dernier de ses 13 séjours dans l'établissement parisien, au sein duquel elle a passé l'équivalent de cinq ans. Instable, Essia B. avait ainsi déjà tenté de mettre le feu à une boutique de vêtements, dans le même quartier, il y a trois ans. "Tout était en flammes. [...] On l'a rattrapé, mais ça a servi à quoi ? Je pense que c'est une dame qui aurait dû être suivie du début à la fin et ne jamais être libérée", témoigne Lucien Saadoune, le patron du magasin.

Des procédures abandonnées à cause de son état mental

Essia B., 40 ans, a régulièrement été confrontée à la justice ces dernières années. Poursuivie pour violences en 2016, violences conjugales en 2017, toutes les procédures à l'encontre de la suspecte ont été classées sans suite, notamment en raison d'un état mental défaillant. Également passée en cure de désintoxication pour une addiction à l'alcool, Essia B. est actuellement à l'infirmerie de la préfecture de police de Paris.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des pompiers interviennent sur le lieu d\'un incendie meurtrier rue Erlanger, dans le 16e arrondissement de Paris, le 5 février 2019.
Des pompiers interviennent sur le lieu d'un incendie meurtrier rue Erlanger, dans le 16e arrondissement de Paris, le 5 février 2019. (BENOIT MOSER / BSPP / AFP)