Haute-Savoie : le corps d'un homme découvert à proximité d'une voiture calcinée à Chevaline

C'est dans cette même commune que quatre personnes avaient été assassinées en 2012 mais selon la gendarmerie et le parquet, aucun lien ne peut-être établi, pour le moment, avec la tuerie dite de Chevaline.

Article rédigé par
Avec France Bleu Pays de Savoie - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Après la découverte d'un corps près d'une voiture calcinée à Chevaline en Haute-Savoie, les forces de l'ordre ont bouclé le secteur, le 2 septembre 2020. (GREGORY YETCHMENIZA / MAXPPP)

Un corps a été découvert dans la matinée du mercredi 2 septembre à proximité d'une voiture en feu à Chevaline (Haute-Savoie), rapporte France Bleu Pays de SavoieIl s'agit d'un homme, indique le parquet d'Annecy. "Les enquêteurs disposent à l'heure actuelle de plusieurs éléments concordants indiquant que la victime serait un homme âgé de 70 ans habitant la commune de Doussard, située à proximité", écrit la procureure de la République dans un communiqué.

Le corps du septuagénaire était fortement calciné au niveau des jambes, précise le parquet. Il était positionné à proximité d'un véhicule incendié dans lequel ont été découvertes deux armes d'épaule. "Les premières constatations établissent que le feu aurait démarré alors que la victime était assise à l'intérieur du véhicule et que celle-ci en serait ensuite sortie avant de succomber", poursuit la procureure.

Pas de lien établi avec la tuerie de chevaline

La brigade de recherches d'Annecy ainsi que la section des recherches de Chambéry ont été saisies de l'enquête pour recherche des causes de la mort. "Aucun élément ne permet à l'heure actuelle de faire état d'une éventuelle intervention d'un tiers, ni de faire un lien avec les évènements dits de la tuerie de Chevaline survenus il y a presque huit ans plus tôt", indique aussi le parquet.

C'est dans cette même commune que quatre personnes avaient été assassinées en 2012 sur une route forestière, la tuerie dite de Chevaline.“Tout rapprochement serait prématuré et malvenu”, a expliqué un peu plus tôt ce mercredi le colonel Nicolas Marsol, le patron des gendarmes de Haute-Savoie, à France Bleu Pays de Savoie. “En plus ce n'est pas au même endroit”, a-t-il ajouté.

Le 5 septembre 2012, trois membres d'une même famille et un cycliste avaient été tués. Une affaire qui n'est toujours pas résolue huit ans après les faits.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.