Procès en appel dans l’affaire Fiona : sept ans après la mort de la fillette, son père veut "juste" que les accusés "finissent en prison"

Nicolas Chafoulais s'exprimait mardi au micro de France Bleu Pays d’Auvergne alors que débute le quatrième procès de l'affaire devant la cour d’appel de Lyon.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Nicolas Chafoulais, le 5 février 2018, au Puy-en-Velay. (THIERRY ZOCCOLAN / AFP)

Sept ans après la mort de sa fille, le père de Fiona veut "juste" que Cécile Bourgeon et son ex-compagnon, Berkane Makhlouf "finissent en prison", témoigne Nicolas Chafoulais, le père de la fillette, au micro de France Bleu Pays d’Auvergne mardi 1er décembre, alors que débute ce quatrième procès devant la cour d’appel de Lyon.

Il est choqué car la mère de Fiona comparaît libre à ce procès. "C’est honteux qu’elle soit libre" et "ça reste dans la lancée des 7 dernières années, une blague", poursuit le père de Fiona. "Cécile Bourgeon entre temps s’est mariée et a fait un enfant qui a fini par être placé. Elle en a déjà un autre encore placé. Il n’y a plus rien à espérer d’eux, mais je veux juste que les deux finissent en prison", lâche-t-il. Berkane Makhlouf est pour sa part déjà en détention.

C'est le quatrième procès dans cette affaire

En mai 2013, Cécile Bourgeon et son compagnon de l'époque avaient signalé la disparition de la fillette de 5 ans, avant de reconnaître l'avoir enterrée. La mère de Fiona avait été acquittée en 2016, en première instance par la cour d'assises du Puy-de-Dôme, à Riom, pour les "coups mortels". Elle avait été condamnée à 5 ans pour avoir fait croire à l'enlèvement de sa fille. Lui avait été condamné à 20 ans de réclusion, accusé d'avoir porté des coups mortels.

En appel, au Puy-en-Velay (Haute-Loire), les deux accusés ont été condamnés à 20 ans de réclusion. La Cour de cassation avait ensuite cassé l'arrêt de la cour d'appel du Puy-en-Velay. Il s'agit donc du quatrième procès dans cette affaire. Ils encourent 30 ans de prison pour "coups mortels" sur la fillette dans ce procès qui doit durer jusqu'au 16 décembre.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.