Cet article date de plus de huit ans.

Soutien au bijoutier de Nice : Ciotti et Estrosi accusés "d'incitation au crime"

Le président de l'association Action justice, Roland Agret, a écrit à la ministre de la Justice, Christiane Taubira, et au président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, pour réclamer des sanctions contre les deux élus UMP.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le président UMP du conseil général des Alpes-Maritimes, Eric Ciotti (G) et le député-maire UMP de Nice, Christian Estrosi, participent au rassemblement en soutien au bijoutier de Nice (Alpes-Maritimes), le 16 septembre 2013.  (JEAN-CHRISTOPHE MAGNENET / AFP)

"Lorsque l'on porte l'écharpe tricolore, on doit s'élever contre la violence, mais surtout pas en faire son commerce pour la propager." Dans une lettre ouverte à la ministre de la Justice et au président de l'Assemblée nationale, l'ex-détenu Roland Agret, président de l'association Action Justice, demande des sanctions, mardi 17 septembre, contre Eric Ciotti, député UMP et président du conseil général des Alpes-Maritimes, et Christian Estrosi, député-maire UMP de Nice, pour leur soutien public au bijoutier de Nice.

Contacté par francetv info, Roland Agret s'explique. "Si les élus se mettent à marcher pour un criminel, les valeurs de la République foutent le camp. Ce bijoutier n'est pas le brave type qu'on a décrit, il détenait une arme sans permis", s'emporte-t-il. L'ancien détenu, engagé contre les erreurs judiciaires, craint que les deux députés n'encouragent d'autres commerçants à imiter leur confrère : "S'ils veulent construire une société du Far West, ils ne pourraient pas mieux faire."

"C'est de l'incitation au crime"

"En matière judiciaire, ce qu'ils ont fait porte un nom : l'incitation au crime", martèle-t-il, ajoutant qu'"ils outrepassent la loi qu'ils sont en charge de faire respecter". Roland Agret demande à Christiane Taubira et Claude Bartolone de rappeler les deux députés UMP à l'ordre, pour qu'ils modèrent leurs propos. "Quand on a une grande responsabilité, il faut en user avec la plus grande décence et s'employer à être vertueux", conclut-il.

Le député-maire de Nice et le président du conseil général ont participé lundi à la manifestation organisée en soutien au bijoutier. "Quand un Niçois est agressé, mon devoir est d'être à ses côtés", avait fait valoir Christian Estrosi. Mercredi, le bijoutier de 67 ans, qui venait d'être braqué, avait ouvert le feu sur les deux malfaiteurs en fuite, blessant mortellement l'un d'eux.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Bijoutier braqué

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.