Atterrissage en urgence d'un avion à Villejuif : l’incroyable sang-froid du pilote

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min
Atterrissage en urgence d'un avion à Villejuif : l’incroyable sang-froid du pilote
Atterrissage en urgence d'un avion à Villejuif : l’incroyable sang-froid du pilote Atterrissage en urgence d'un avion à Villejuif : l’incroyable sang-froid du pilote (France 2)
Article rédigé par France 2 - D. Olliéric, O. Longueval, C. Theophilos, M. Delrue, @RevelateursFTV; L. Feuillebois
France Télévisions
France 2
Certains évoqueront un petit miracle, une formule qui mérite d’être corrigée au vu du talent et du sang-froid du pilote âgé de 82 ans. Il a dû faire face à la panne de deux moteurs de son appareil et a tenté de se poser au sein d’un quartier de Villejuif (Val-de-Marne).

L’image restera dans les annales des accidents des avions de tourisme. Un bimoteur a survolé Villejuif (Val-de-Marne) avant de se poser en urgence, finissant sa course contre le mur d’un garage dans la cour d’un immeuble résidentiel. De l’avion disloqué sont sortis, indemnes, l’instructeur et les deux élèves, blessés mais vivants, un miracle.

Le pilote s’appelle Jean-Pierre Trimaille, il a 82 ans et 40 000 heures de vol à son actif. “On a le moteur droit qui a commencé à perdre de la puissance, le stagiaire a cru que c’était moi qui avais fait une panne, puisque je passe mon temps à faire des pannes dans les avions. Et le deuxième moteur a commencé à perdre de la puissance aussi”, a-t-il raconté. 

Une “fierté” d’avoir sauvé des vies 

J’ai repéré cette plateforme et on s’est dirigé vers celle-ci. La chance a voulu que l’aile droite touche un élément du bâtiment et fasse pivoter l’avion qui est venu s’appuyer contre un muret et qui a absorbé toute l’énergie cinétique qui nous aurait fatalement tués si on avait pris le mur de face”, a ajouté le pilote. C’est une “fierté” pour lui d’avoir sauvé des vies. La gestion du crash pourrait venir enrichir les prochaines formations des jeunes pilotes.  

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.