Cet article date de plus de trois ans.

Affaire Théo : après les scènes de violence à Aulnay, le secrétaire général du FN appelle à des sanctions

Le secrétaire général du Front national, Nicolas Bay, invité de franceinfo, a estimé, à propos des scènes de violences constatées après l'interpellation violente du jeune Théo, 22 ans, à Aulnay-sous-Bois, qu'il était "scandaleux" d'"utiliser l'évènement pour procéder à des saccages" et réclame des sanctions.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le député européen a également appelé à des sanctions lourdes (CHARLY TRIBALLEAU / AFP)

La colère ne s'estompe pas dix jours après l'interpellation violente du jeune Théo, 22 ans, à Aulnay-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis. Lors d'un rassemblement de soutien à la victime, vendredi aux Halles de Paris, 150 personnes ont fait face aux forces de l'ordre, dans une atmosphère très tendue. Depuis le début de la semaine, les violences urbaines se multiplient en Seine-Saint-Denis, avec plus d'une trentaine d'interpellations pour des feux de poubelles et de voitures.

Ce matin sur franceinfo, Nicolas Bay, secrétaire général du Front national et député européen, est revenu sur ces scènes de violence. "Il est normal d'avoir de la compassion pour ce jeune homme. Mais c'est complètement inacceptable d'utiliser cet évènement, l'interpellation du jeune homme, pour jeter l'opprobre sur le travail de la police qui, faut-il le rappeler, est extrêmement difficile. Et c'est scandaleux d'utiliser cet évènement pour procéder à des saccages, brûler des voitures comme on le voit actuellement en Seine-Saint-Denis", poursuit le député européen.

Tacle à François hollande, appel à des sanctions

Nicolas Bay demande également des sanctions. "Il faut que ceux qui commettent ces violences urbaines soient interpellés et lourdement condamnés par la justice". Le secrétaire général du Front national en a profité aussi pour adresser un tacle à François Hollande. "Ce n'est pas son rôle, en tant que président de la République, d'aller au chevet des victimes", a-t-il déclaré.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.