Après la mort d'un cuisinier chinois à Aubervilliers, les habitants dénoncent les violences contre les Asiatiques

Selon les organisateurs, 4 000 personnes se sont rassemblées devant la mairie de la commune de Seine-Saint-Denis pour rendre hommage à Zhang Chaolin, 49 ans, qui a succombé à ses blessures après avoir été agressé.

Des gens allument des bougies à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), le 14 août 2016, pour rendre hommage à Zhang Chaolin, un cuisinier Chinois assassiné dans la commune. 
Des gens allument des bougies à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), le 14 août 2016, pour rendre hommage à Zhang Chaolin, un cuisinier Chinois assassiné dans la commune.  (ALAIN JOCARD / AFP)

"On a trop subi, ça suffit." Une foule d'habitants d'origine chinoise s'est rassemblée devant la mairie d'Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), dimanche 14 août, pour rendre hommage à Zhang Chaolin, un cuisinier chinois mort après avoir été agressé

Zhang Chaolin, 49 ans, a été attaqué le 7 août dans une rue de cette ville de Seine-Saint-Denis. Alors qu'il marchait en compagnie d'un ami, ce père de deux enfants a été agressé par trois hommes. "Il a reçu un coup de pied au sternum et est tombé lourdement. Sa tête a sans doute heurté le trottoir, ce qui lui a occasionné un traumatisme crânien", a expliqué une source proche du dossier. Les agresseurs "voulaient voler la sacoche de l'autre homme", a-t-elle ajouté. 

"La violence empire d'année en année"

L'importante communauté chinoise de cette ville de Seine-Saint-Denis est régulièrement ciblée. "La violence empire d'année en année, a affirmé Seneque, étudiant en statistiques qui vit à Aubervilliers, lors du rassemblement de dimanche. Là c'était Monsieur Zhang, mais ça aurait pu être moi."

La maire PCF d'Aubervilliers, Meriem Derkaoui, a dénoncé un crime au "mobile crapuleux" et au "ciblage raciste". Stéphane Troussel, le président PS du Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis, a fustigé de son côté un "crime raciste abject". Une pétition pour dénoncer les "agressions anti-Asiatiques" a aussi été lancée sur le site Change.org. Elle avait recueilli près de 8 000 signatures dimanche après-midi.