Des islamistes en partance pour l'Afghanistan arrêtés à Nice en décembre

Une trentaine de jeunes hommes ont été interceptés juste avant leur départ, selon "Nice Matin". Des "liens" auraient été mis en évidence entre le responsable de cette expédition et Mohamed Merah.

Une trentaine de jeunes hommes devaient partir de Nice le 9 décembre 2011, direction l’Afghanistan.
Une trentaine de jeunes hommes devaient partir de Nice le 9 décembre 2011, direction l’Afghanistan. (HUGHES HERVÉ / HEMIS.FR / AFP)

Ils ont été arrêtés le jour même de leur départ pour l'Afghanistan. Une trentaine de jeunes recrutés par un braqueur devenu prédicateur d’un islam radical devaient partir de Nice le 9 décembre 2011, direction l’Afghanistan. C'est un contrôle d’identité le jour même du départ qui a mis fin au projet, comme le révèle lundi 26 mars Nice Matin.

"Ils devaient s'envoler pour Tunis et rester quelques mois en Libye. Mais c'est l'Afghanistan qu'ils voulaient rejoindre", raconte un habitant de quartier Bon-Voyage à Nice. A l'origine du projet de cette trentaine de jeunes : Omar, un Sénégalais de 37 ans, un braqueur devenu prédicateur d’un islam radical. C'est dans des squats du centre-ville ou sur internet qu'il a véhiculé sa lecture radicale du Coran. Il a notamment posté des vidéos qui "légitiment voire magnifient le jihad", raconte le quotidien.

Des "liens" avec Mohamed Merah

Et "Omar le Niçois" attire l'attention des services de renseignement français : il appartient à Forsane Alizza, une organisation islamiste dissoute par Claude Guéant le 29 février. Finalement, c'est un banal contrôle d'identité qui mettra fin au "voyage initiatique". Le 9 décembre, Omar est interpellé devant la gare Thiers à Nice où il venait récupérer deux "frères fidèles". Et c'est une affaire de droit commun, un trafic de pièces de voitures, qui le conduira sous les verrous. 

Qu'allaient faire cette trentaine de jeunes en Afghanistan ? L'enquête de Nice Matin ne le dit pas. Mais selon le quotidien, des "liens" auraient ainsi été mis en évidence entre "Omar le Niçois" et Mohamed Merah, l'auteur revendiqué des tueries de Montauban et Toulouse, qui a fait sept morts en huit jours.