Le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, condamné à 50 semaines de prison à Londres pour avoir violé les conditions de sa liberté provisoire

Il comparaîtra également jeudi lors d'une audience consacrée à la demande de Washington de l'extrader vers les Etats-Unis, où il est accusé de "piratage informatique".

Le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, mercredi 1er mai 2019 lors de son arrivée au tribunal à Londres (Royaume-Uni).
Le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, mercredi 1er mai 2019 lors de son arrivée au tribunal à Londres (Royaume-Uni). (DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP)

Il était arrivé au tribunal poing levé, barbe rasée, ses soutiens lançant des slogans comme "Honte au Royaume-Uni !". Le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, a été condamné à 50 semaines de prison pour avoir violé ses conditions de liberté provisoire après s'être réfugié pendant sept ans dans l'ambassade d'Equateur à Londres. Il comparaîtra également jeudi lors d'une audience cette fois consacrée à la demande de Washington de l'extrader vers les Etats-Unis, où il est accusé de "piratage informatique".

Le fondateur de WikiLeaks avait obtenu l'asile dans l'ambassade d'Equateur en 2012 pour éviter de se présenter à la justice britannique et d'être extradé vers la Suède, où il était accusé de viol, un dossier depuis classé. Il a été délogé le 11 avril de l'ambassade par la police britannique et présenté le jour-même à la justice.

Dans un tweet, la plateforme WikiLeaks a jugé cette condamnation "aussi choquante que vindicative".