Violences après la mort de Nahel : les commerçants victimes de pillages seront-ils remboursés ?

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
Violences après la mort de Nahel : les commerçants victimes de pillages seront-ils remboursés ?
Violences après la mort de Nahel : les commerçants victimes de pillages seront-ils remboursés ? Violences après la mort de Nahel : les commerçants victimes de pillages seront-ils remboursés ? (FRANCEINFO)
Article rédigé par franceinfo - M. Damoy, A. Portes, C. Cormery, V. Jové, France 3 Bourgogne
France Télévisions
franceinfo
Plusieurs commerçants ont perdu des dizaines de milliers d'euros de marchandises lors des émeutes de ces derniers jours. Certains ne sont pas sûrs d'être remboursés par leur assurance. Reportage.

Les vitrines sont vides. Des bijoutiers parisiens n'ont plus rien à vendre. Un voisin a filmé le vol de leurs marchandises, jeudi 29 juin, lors des émeutes qui ont suivi la mort de Nahel. En quelques minutes, tout disparaît. Ils estiment leurs pertes à 40 000 euros, alors que le magasin n'était ouvert que depuis trois semaines. Aujourd'hui, leur assureur refuse de les couvrir. Yacine Chacal, représentant bijoux, explique : "De notre côté, on est censés être assurés depuis le 1er mai. […] Aujourd’hui, l'assurance dit que nous ne sommes pas assurés parce qu'ils n'auraient pas émis une attestation d'assurance."

Les assureurs prennent des engagements

Un bar-tabac a également été ciblé par des pilleurs. Selon le gérant, le préjudice s'élèverait à 100 000 euros. Faute de stock, son chiffre d'affaires a déjà chuté de 50%. L'avenir de son commerce va dépendre de l'indemnisation. Selon le gouvernement, 90 à 95% des professionnels sont assurés contre les incendies, mais pas systématiquement contre le vandalisme et le vol. Alors, aujourd'hui, les assureurs s'engagent à allonger le délai de déclaration des sinistres à 30 jours, à accélérer les indemnisations et à verser des acomptes. Le premier bilan matériel des émeutes est estimé à plus de 280 millions d'euros.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.