Un an après, la famille et les soutiens d'Adama Traoré défilent pour réclamer justice

Cet après-midi s'est déroulée une marche à la mémoire d'Adama Traoré. Ce jeune homme de Beaumont-sur-Oise est décédé par asphxie il y a un an lors de son interpellation par des gendarmes. Ses proches réclament toujours la vérité sur sa mort, persuadés de la culpabilité des forces de l'ordre.

France 3

"Justice pour Adama, pas de justice, pas de paix" : ce sont les slogans scandés par tous ceux, famille, proches et anonymes, venus participer à la marche qui a eu lieu ce samedi 22 juillet en mémoire d'Adama Traoré à Beaumont-sur-Oise (Val-d'Oise). Une nouvelle expertise en juin a confirmé sa mort par asphyxie reliée à des fragilités antérieures.

Dénoncer les violences policières

Pour la famille, pas de doute : c'est la méthode d'interpellation puis le manque de réaction des gendarmes qui est en cause, comme le relate sa soeur : "Quand Adama leur a dit : 'Je n'arrive pas à respirer', ils ne l'ont pas écouté. Ils l'ont traîné dans cette voiture, ils sont à peine à 200 mètres de l'hôpital, et ils l'ont emmené à 5 minutes de voiture à la gendarmerie. Et quand les derniers éléments sont sortis - nous avons les appels téléphoniques entre les gendarmes, les pompiers et le SAMU - ils n'ont apporté aucune aide pour qu'Adama puisse vivre." Le cortège a effectué un arrêt devant la gendarmerie de Persan, où le jeune homme est décédé. Sa mère a été victime d'un malaise. Au-delà d'Adama, les personnes présentes dans le cortège tenaient à dénoncer les violences policières.

Le JT
Les autres sujets du JT
Assa Traoré lors d\'une manifestation gare du nord à Paris, en juillet 2016 après que la justice a rejeté la demande de la famille Traoré pour une troisième autopsie d\'Adama Traoré.
Assa Traoré lors d'une manifestation gare du nord à Paris, en juillet 2016 après que la justice a rejeté la demande de la famille Traoré pour une troisième autopsie d'Adama Traoré. (DOMINIQUE FAGET / AFP)