Accident de Millas : des témoignages contradictoires, les enquêteurs restent prudents

Les familles des victimes vont devoir faire preuve de patience avant de connaître la vérité sur l'accident de Millas. Les barrières étaient-elles levées ou baissées ? Les enquêteurs continuent de rester très prudents tant les témoignages sont contradictoires.

France 3

Le procureur de la République de Marseille a passé une partie de l'après-midi auprès des enquêteurs, sur le passage à niveau de Millas. Attentif à tous les détails, il prend connaissance des premiers indices : "Les éléments matériels qui ont pu être recueillis sur place, notamment le bloc d'articulation de la barrière, mettent celles-ci en position fermée". Mais la prudence reste de mise, car les témoignages recueillis continuent de diverger. La conductrice du car, interrogée ce samedi 16 décembre par les enquêteurs, confirme ses premières déclarations : selon elle, la signalisation et la barrière n'ont pas fonctionné à l'approche du train.

Des dysfonctionnements à un passage à niveau voisin

Une version que semble confirmer un habitant du village, arrivé sur place dans les instants qui ont suivi l'accident : "J'ai vu la barrière de gauche ouverte. Je ne peux pas affirmer que c'était après l'accident que la barrière s'est levée". Dans un village voisin de Millas, un autre passage à niveau semble avoir posé problème ces derniers temps. Des habitants de Saint-Féliu-d'Amont évoquent des dysfonctionnements des barrières, avec un passage à niveau fermé sans clignotant, sans sonnerie alors qu'aucun train ne passe. Les auditions des témoins vont se poursuivre et une cellule d'enquête dédiée a été mise en place.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un panneau annonçant un passage à niveau à Millas (Pyrénées-Orientales), le 16 décembre 2017, après une collision mortelle entre un train et un autocar.
Un panneau annonçant un passage à niveau à Millas (Pyrénées-Orientales), le 16 décembre 2017, après une collision mortelle entre un train et un autocar. (RAYMOND ROIG / AFP)