Cet article date de plus d'un an.

Déraillement d'un train à Brétigny-sur-Orge : le procès débutera lundi 25 avril

Publié Mis à jour
Déraillement d'un train à Brétigny-sur-Orge : le procès débutera lundi 25 avril
Déraillement d'un train à Brétigny-sur-Orge : le procès débutera lundi 25 avril Déraillement d'un train à Brétigny-sur-Orge : le procès débutera lundi 25 avril (France 2)
Article rédigé par France 2 - N.Perez, B.Girodon, L.Haedrich, L.Barbry, L.Simones, I.Cavaletto, E.Urtado
France Télévisions
France 2

Le 12 juillet 2013, le déraillement d'un train faisait sept morts et 300 blessés à Brétigny-sur-Orge. Le procès de ce drame s'ouvre lundi 25 avril, à Évry.

Le 12 juillet 2013, le train Paris-Limoges, lancé à 137 km/h, déraillait et percutait le quai de Brétigny-sur-Orge (Essonne), faisant sept morts et 300 blessés. "Ça criait, il y avait beaucoup de bruit", raconte Nathalie Montels, une victime de la catastrophe, qui, neuf ans plus tard, est toujours incapable de prendre un train. Une enquête avait été ouverte pour homicide involontaire, sans succès. "On s'aperçoit très vite que les documents nécessaires à la compréhension du dossier ne sont pas fournis", déplore Gérard Chemla, avocat des victimes.  

Une éclisse défectueuse à l'origine du déraillement 

Plusieurs cadres de la SNCF ont été placés sur écoute. Certains semblent se mettre d'accord avant d'être auditionnés par les enquêteurs, demandant par exemple de supprimer le terme "appareils en très mauvais état". L'enquête a prouvé qu'une éclisse, sorte d'agrafe qui relie les rails entre eux, était défectueuse et a provoqué l'accident. Elle avait pourtant été signalée. Le procès de la SNCF s'ouvrira lundi 25 avril, à Évry (Essonne). 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.