Vidéo Présidentielle : renationaliser les autoroutes, une proposition jugée "populiste et démagogique" par Jean-Baptiste Djebarri

Publié
Article rédigé par
Radio France

Arnaud Montebourg et Marine Le Pen, qui sont candidats à la prochaine présidentielle, proposent de renationaliser les autoroutes. "Une promesse politique qui ne sera pas suivie d'effets", estime le ministre des Transports.

Proposer de renationaliser les autoroutes, comme le font deux candidats à la présidentielle, Arnaud Montebourg et Marine Le Pen, est "bien populiste, et bien démagogique" a estimé Jean-Baptiste Djebarri, le ministre délégué aux Transports, mardi 14 septembre sur franceinfo. "Si on nationalisait maintenant, on devrait indemniser les sociétés d'autoroutes à hauteur de 45 à 50 milliards", avance le ministre, et ensuite il faudrait "entretenir" ces autoroutes. Selon lui, "l'État n'a pas toujours démontré qu'il entretenait très bien ses infrastructures et ses routes".

>> VRAI OU FAKE. La renationalisation des autoroutes rapporterait-elle des milliards d'euros à l'État ?

"Sur le fond, je demande à voir ce qu'ils [Arnaud Montebourg et Marine Le Pen] proposent, concrètement, une fois qu'ils ont déboursé 50 milliards", lance Jean-Baptiste Djebarri. Dans une interview au Figaro, le 8 septembre, la candidate du Rassemblement national a estimé que la renationalisation des autoroutes "permettra de faire baisser de 10 à 15 % le prix des péages". "Une promesse politique qui ne sera pas suivie d'effets", pour le ministre.

"Les concessions autoroutières ont été contractualisées par l'État, à des conditions qui ont d'ailleurs plusieurs fois été revues", développe Jean-Baptiste Djebarri, précisant qu'"elles arrivent à échéance entre 2031 et 2036". "Les plus grosses reviendront en 2031 dans le giron de l'État" et à ce moment-là, "il y aura un sujet effectivement de savoir ce qu'on fait après", déclare le ministre.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Election Présidentielle 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.