Cet article date de plus de cinq ans.

Vidéo Investir : "l’État n’est pas un actionnaire banal" selon l’APE

Publié
Durée de la vidéo : 6 min.
Invité de Jean-Paul Chapel dans ":L’éco" mercredi 15 mars, Martin Vial, directeur général de l’Agence des participations de l’Etat (APE), dresse le bilan du quinquennat. Alors : l’Etat est-il un bon actionnaire ?
FRANCEINFO
Article rédigé par
Maurine Bajac - franceinfo
France Télévisions

Invité de Jean-Paul Chapel dans ":L’éco" mercredi 15 mars, Martin Vial, directeur général de l’Agence des participations de l’Etat (APE), dresse le bilan du quinquennat. Alors : l’Etat est-il un bon actionnaire ?

"90 milliards d’euros de portefeuille, c’est plus de 80 entreprises, certaines cotées, dont beaucoup étaient du service public et sont devenus des entreprises privées" Martin Vial, directeur général de l’Agence des participations de l’Etat (APE), revient sur de rôle de l'Etat actionnaire, mercredi 15 mars sur le canapé gris de ":L’éco".

Au top quand il ne fait rien ? En réponse à la Question qui fâche Martin Vial riposte : "évidemment que non ! Notre portefeuille a réalisé plus de 400 milliards de chiffre d’affaires en 2015, cela étant il est contrasté. La moitié du portefeuille ce sont les entreprises énergétiques et tout le secteur européen est frappé par une crise des prix de l’énergie."

Il poursuit : "dans le secteur automobile, PSA est une entreprise qui a vu sa situation se redresser de façon spectaculaire. Notre investissement a plus que doublé depuis 2014 ! Beaucoup d’entreprises vont bien, il y a des entreprises pour lesquelles il faut opérer un redressement. C’est le cas d’Areva où nous sommes depuis 2 ans engagés dans une formidable entreprise de la filière nucléaire."

"Une nouvelle feuille de route après la présidentielle"

L’actionnaire attend du rendement de son patrimoine, l’Etat lui protège le citoyen. Deux rôles à combiner : "l’Etat n’est pas un actionnaire banal puisque nous participons à la politique industrielle, nous redressons la filière nucléaire, etc. Et en même temps nous avons fait évoluer nos modes de gouvernance pour être assimilé à un actionnaire du privé."

À un peu plus d’un mois de l’élection présidentielle, le nouveau locataire de l’Elysée renouvèlera la copie stratégique de l’APE : "il est légitime qu’à l’occasion de l’élection présidentielle et législative il y ait une nouvelle feuille de route pour l’Etat actionnaire, c’est d’ailleurs mon souhait."

Comme à son habitude, Jean-Paul Chapel termine l’interview par la chanson préférée de l’invité. Martin Vial a choisi les mythiques Rolling Stones avec Sympathy for the devil.

":L'éco" vous donne rendez-vous du lundi au jeudi à 9h20 sur Franceinfo.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.