Train de la présidentielle : à la découverte des campagnes présidentielles de la Ve République

Le train France télévision parcourt les régions de France pour venir à la rencontre des électeurs. Tous peuvent le visiter et venir découvrir, notamment, des expositions basées sur les campagnes présidentielles.

France 3

Dans le train de la présidentielle, on découvre ou on redécouvre la grande et les petites histoires de la Ve République et de ses scrutins présidentiels. Les évènements qui ont marqué la France depuis 1958, et les coulisses de notre démocratie, de ses échéances électorales, de leur couverture médiatique. Parmi les archives de l'Ina les plus prisées : les débats télévisés et leurs passes d'armes mémorables. Échantillons. "Je retiens notamment celui de Valéry Giscard-d'Estaing face à Mitterrand avec le monopole du coeur", explique un visiteur. "Il y a eu celui de Mitterrand quand il a dit "Monsieur le Premier ministre"", sourit un autre. Depuis 1958, si le monde a changé, l'information a elle aussi fait beaucoup de progrès. C'est bien, mais ça ne simplifie pas toujours la tâche de l'électeur.

Trop d'informations

"Il m'a semblé que c'était plus facile de choisir dans les campagnes précédentes qu'aujourd'hui. Parce qu'on avait moins d'informations donc on était plus dans une certaine pureté. Alors qu'aujourd'hui on en a tellement qu'on ne sait plus trop où donner de la tête", indique une curieuse. La majorité des personnes rencontrées se disaient indécises quant à l'élection à venir. "On ne sait plus dans quel sens il faut aller aujourd'hui pour l'avenir des enfants", précise l'une d'entre elles. La campagne 2017 est telle, explique un des visiteurs, que s'il faut la résumer dans 5 ans, il faudra surement ajouter quelques wagons. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Le 25 août 1976, Jacques Chirac présente la démission de son gouvernement au président de la République Valéry Giscard d\'Estaing, à l\'Élysée
Le 25 août 1976, Jacques Chirac présente la démission de son gouvernement au président de la République Valéry Giscard d'Estaing, à l'Élysée (AFP)