Présidentielle : revivez le meeting de Jean-Luc Mélenchon (et de ses hologrammes)

Le candidat de la France insoumise a tenu un grand meeting mardi soir à Dijon, retransmis en direct à Nancy, Clermont-Ferrand, Montpellier, Nantes, Grenoble et au Port, à La Réunion.

MELENCHON / YOUTUBE
Ce qu'il faut savoir

Porté par de bons sondages, Jean-Luc Mélenchon entend amplifier sa dynamique, dans la dernière ligne droite. A cette occasion, le candidat de la France insoumise à l'élection présidentielle a tenu, mardi 18 avril, un meeting* à Dijon (Côte-d'Or), retransmis grâce à des hologrammes à Nantes, Montpellier, Nancy, Grenoble, Clermont-Ferrand et au Port, à La Réunion. Un évènement à retrouver en intégralité sur franceinfo.

Pas de sortie de l'Europe ni de l'euro. Jean-Luc Mélenchon a assuré qu'il ne souhaitait sortir ni de l'Europe ni de l'euro, enjoignant ses détracteurs à "un peu de sérieux" sur cette question. Il a affiché sa confiance sur sa capacité à renégocier les traités européens, son "plan A" avant une éventuelle sortie de l'Union européenne : "Je suis sûr d'y arriver parce que, jusqu’à présent, personne (en France) n'a jamais dit 'non'".

Macron dans le viseur. Le candidat d'En marche! était la cible principale ce mardi soir. Le qualifiant de "monsieur le beau parleur", Jean-Luc Mélenchon a fustigé la vision économique de son concurrent : "Il nous dit qu'il veut que la France soit une start-up, mais ce n'est pas une entreprise, c'est un peuple !" Et de poursuivre : "Monsieur l'intelligent, le moderne, le pétaradant, l'ebourriffé (...) je suis contre l'uberisation".

Jouer les trouble-fêtes. A cinq jours du premier tour, Jean-Luc Mélenchon dispute désormais au candidat de la droite, François Fillon, la troisième place dans les intentions de vote et s'est rapproché des favoris, Marine Le Pen et Emmanuel Macron. Sa tâche cette semaine va donc être de maintenir cette dynamique, qui le place quasiment à jeu égal avec le trio de tête, et profiter de la dernière ligne droite, pour troubler encore davantage la bataille pour le second tour.

* Les images sont fournies par l'équipe du candidat.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #PRESIDENTIELLE

23h58 : "Si les résultats sont extrêmement serrés et que cela se joue à quelques dizaines ou centaines de milliers de voix, nous ne serons peut-être pas en mesure, à 20 heures, de donner le nom du premier et du second."

Alors que le résultat du premier tour de l'élection présidentielle semble plus indécis que jamais, les sondeurs envisagent que l'incertitude persiste dimanche soir à 20 heures. C'est ce que reconnaît un responsable de l'institut Ipsos dans cette interview à franceinfo, où il explique également comment sont réalisées les estimations à 20 heures, qui ne sont pas des sondages.

23h53 : Parmi les domaines dont pourraient être chargés ces hauts-commissaires, Jean-Luc Mélenchon a cité l'illettrisme, l'eau ou encore la planification écologique.

23h52 : En meeting à Dijon (et en hologramme), Jean-Luc Mélenchon a détaillé à quoi pourrait ressembler sa façon d'organiser l'exécutif : en plus des ministres, en charge des fonctions "régaliennes", il voudraient que soient nommés "beaucoup de hauts commissaires (...) qui auraient des objectifs et exerceraient leur responsabilité aussi longtemps que cet objectif n'est pas atteint".

23h48 : Marine Le Pen avait déjà expliqué au magazine Causeur, dans son numéro d'avril, qu'elle souhaitait "interdire le drapeau européen sur les bâtiments officiels".

23h47 : Pour interviewer les candidats dans son journal de 20 heures, TF1 les mets en scène devant un fond rappelant les bureaux de l'Elysée, où apparaissent les drapeaux français et européen. Sauf ce soir, où Marine Le Pen a demandé le retrait du drapeau de l'UE, ce que la chaîne a accepté.

23h20 : Où les candidats à la présidentielle puisent-ils leurs convictions ? Comment s'est forgé leur parcours politique ? C'est le sujet de la série d'interviews "l'ADN Politique", qui débute par un entretien avec Nathalie Arthaud.




(FRANCEINFO)

22h28 : Bonsoir @zigzag. Les signataires de cette tribune, publiée par Le Monde, ne se cachent pas de viser en particulier Marine Le Pen, la seule candidate qu'ils citent nommément. Ils s'agacent d'avoir été, pour certains d'entre eux, cités par des candidats qui défendent des "politiques isolationnistes et protectionnistes" qu'ils jugent "dangereuses". Parmi les lauréats du Nobel d'économie signataires du texte, on trouve l'Américain Joseph Stiglitz et le Français Jean Tirole.

22h28 : Bonjour Franceinfo, avez-vous relayé le papier des 25 lauréats du prix Nobel d'économie critiquant les candidats à la présidentielle pronant la sortie de l'Europe, et tout particulièrement Marine Le Pen ?

22h07 : La candidate du FN a aussi expliqué qu'elle souhaitait "rappeler les réservistes" afin de "rétablir les frontières", une autre nouvelle proposition.


22h04 : Marine Le Pen précise son annonce d'hier : la mise en place, à son arrivée au pouvoir, d'un moratoire sur l'immigration légale. Celui-ci durerait "quelques semaines" et ne viserait que les demande de "visas de longue durée", explique la candidate FN. La mesure ne figurait pas parmi ses 144 engagements de campagne.

21h52 : Le pacte de non-agression a été respecté du côté de M. Mélenchon, remarquez.

21h51 : Sur son compte Twitter, Benoît Hamon a expliqué être venu chercher à Toulouse "l'ultime énergie avec laquelle on remporte les victoires". François Mitterrand y avait tenu son dernier meeting en 1981, et François Hollande avait fait de même en 2012.

21h49 : Un peu éclipsé par l'échappée de quatre de ses rivaux dans les sondages, Benoît Hamon tenait un meeting à Toulouse ce soir. Le candidat socialiste n'a pas hésité à tacler Jean-Luc Mélenchon, avec qui le pacte de non-agression semble avoir vécu. Il a aussi attaqué Emmanuel Macron, et même le PS.

21h36 : "Ne croyez pas ce qu'ils vous disent: 'il veut sortir de l'Europe, de l'euro' (...), allons, un peu de sérieux".

Jean-Luc Mélenchon a conclu son meeting à Dijon et en hologramme dans six autres villes en affichant sa confiance sur sa capacité à renégocier les traités européens, son "plan A" avant une éventuelle sortie de l'Union européenne : "Je suis sûr d'y arriver parce que, jusqu’à présent, personne (en France) n'a jamais dit 'non'".

21h25 : Bonsoir @anonyme. Selon les journalistes à Dijon, l'équipe de Jean-Luc Mélenchon revendique la présence de 35 000 personnes au total sur les sept sites où il est apparu ce soir. En revanche, je n'ai pas d'estimation sur l'affluence au meeting de François Fillon à Lille.

21h25 : Peut-on connaître le nombre de personnes dans les meetings de ce soir Fillon et Mélenchon ? Merci

21h19 : A Nancy, l'hologramme de Jean-Luc Mélenchon est bien apparu, mais certains de ses supporters suivent le meeting sur un écran géant a l'extérieur de la salle.

21h11 : François Fillon a terminé son discours à Lille. Le candidat Les Républicains a plusieurs fois évoqué ses difficultés à mener sa campagne et a remercié ses supporters présents pour leur soutien, raconte une journaliste d'Europe 1 sur place. Vous pouvez revoir son discours en vidéo dans notre direct.

21h02 : Et voici en vidéo l'image de la soirée : l'apparition de l'hologramme de Jean-Luc Mélenchon à Nantes, Montpellier, Grenoble, Clermont-Ferrand et au Port, à La Réunion, diffusée à Dijon sur écran géant.

20h50 : L'actualité l'a un peu éclipsé, mais Jean-Luc Mélenchon poursuit son discours à Dijon, et en hologramme dans six autres villes. Vous pouvez toujours le suivre en vidéo dans notre direct. Selon les journalistes sur place, Emmanuel Macron est sa cible principale ce soir.

19h34 : Jean-Luc Mélenchon débute son meeting par un mot pour ses adversaires François Fillon, Marine Le Pen et Emmanuel Macron, cibles potentielles d'un projet d'attentat déjoué ce matin.

19h29 : François Fillon, à son tour, arrive sur la scène de son meeting à Lille. Regardez son discours en direct.

19h27 : Jean-Luc Mélenchon arrive sur scène à Dijon, et son hologramme va se matérialiser à Nantes, Montpellier, Nancy, Grenoble, Clermont-Ferrand et au Port, à La Réunion. Suivez son meeting dans notre direct vidéo.

19h15 : Vous me le signalez dans les commentaires : outre le sondage Kantar Sofres-OnePoint que j'évoquais tout à l'heure, l'institut Ifop a également révélé son sondage quotidien sur la présidentielle. Les scores y sont un peu plus serrés entre les quatre candidats de tête. Mais on ne constate pas d'évolution significative par rapport au sondage de la veille.

19h17 : Jean-Luc Mélenchon, lui non plus, n'est pas encore sur scène. Son meeting à Dijon a commencé à 19 heures, de même que ses déclinaisons holographiques à Nantes, Montpellier, Nancy, Grenoble, Clermont-Ferrand et au Port à La Réunion. Vous pouvez le retrouver en vidéo dans notre direct. Les journalistes sur place détaillent l'affluence attendue.

19h16 : Le meeting de François Fillon à Lille a commencé. Le candidat n'a pas encore pris la parole, il est précédé par plusieurs orateurs. Xavier Bertrand, président de la région Hauts-de-France, vient dé débuter son discours. Vous pouvez suivre le meeting en direct vidéo.

19h04 : Pour y voir plus clair, nous avons réalisé une infographie qui détaille les scores maximum et minimum de chaque candidat, en prenant en compte tous les instituts de sondage et les marges d'erreur.




19h03 : Vous parlez sans doute du dernier sondage publié, qui est en fait un sondage Kantar Sofres-OnePoint pour RTL, Le Figaro et LCI. François Fillon y gagne 1,5 point (18,5%) par rapport à l'enquête précédente dix jours plus tôt, mais reste distancé par Emmanuel Macron, qui stagne à 24%, et Marine Le Pen, qui perd un point (23%). Jean-Luc Mélenchon reste également stable, à 18%.

19h01 : Dernier sondage ifop?