DIRECT. Législatives : La France insoumise appelle à voter pour ses candidats, les communistes et les socialistes frondeurs

La République en marche a remporté le premier tour et pourrait obtenir une large majorité à l'Assemblée nationale, tandis que le PS s'effondre. Le FN et La France insoumise n'ont pas réédité leur performance de la présidentielle. 

Jean-Luc Mélenchon en visite dans le quartier de Mazargues, à Marseille (Bouches-du-Rhône), le 27 mai 2017.
Jean-Luc Mélenchon en visite dans le quartier de Mazargues, à Marseille (Bouches-du-Rhône), le 27 mai 2017. (CITIZENSIDE/JULIE GAZZOTI / AFP)
Ce qu'il faut savoir

La gauche en déroute, un triomphe pour La République en marche et une abstention record. Tels sont les enseignements que retient la presse, lundi 12 juin, au lendemain du premier tour des élections législatives. Une journée à suivre en direct sur franceinfo.fr. 

>> CARTE. Découvrez les résultats dans votre circonscription

La France insoumise donne ses consignes de vote. Le mouvement de Jean-Luc Mélenchon appelle ses électeurs à voter au second tour, dimanche, pour ses candidats qualifiés, mais aussi pour ceux du parti communiste avec lequel il est en froid, ainsi que pour les socialistes frondeurs "ayant signé la motion de censure contre la loi El Khomri".

Chez Les Républicains, un bureau politique très tendu. Au lendemain du premier tour, les responsables du parti Les Républicains se sont réunis en bureau politique dans la matinée. Une réunion sous tension, selon les journalistes sur place. A la sortie, ils ont décidé de renvoyer à "après les législatives" leur débat sur la ligne à tenir face au gouvernement et à sa future majorité. Leur objectif de la semaine est simple : "faire bloc" derrière les candidats encore en lice. Le parti mise sur un nombre de députés compris entre 70 et 110, UDI compris.

LREM en force. Au niveau national, La République en marche enregistre 32,32% des voix. Elle devance de loin le bloc Les Républicains-UDI-DVD (21,56%), La France insoumise et le PCF (13,74% à eux deux) et le Front national (13,2%), selon les résultats définitifs communiqués dans la nuit par le ministère de l'Intérieur. La majorité présidentielle pourrait, à l'issue du second tour, occuper 415 à 445 sièges à l'Assemblée nationale. 

La gauche décimée. La France insoumise et le PCF enregistrent 13,74% des voix au niveau national. Ils devancent le bloc PS-PRG-DVG qui n'obtient que 9,51% et qui voit nombre de ses ténors disparaître du Palais-Bourbon. C'est notamment le cas de Jean-Christophe Cambadélis, Benoît Hamon, Aurélie Filippetti... 

Une abstention record. Plus d'un électeur sur deux ne s'est pas déplacé pour voter dimanche. Selon notre estimation Ipsos/Sopra Steria, l'abstention s'élèverait à 51,2%. On fait le point sur les raisons de ce désintérêt

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #LEGISLATIVES

23h58 : Nathalie Kosciusko-Morizet est déjà repartie en campagne. Qualifiée avec à peine plus de 18% des voix dans une circonscription parisienne réputée imperdable pour la droite, elle compte sur des soutiens de poids pour relancer sa campagne

(FRANCE 3)

23h30 : Il n'y aura qu'une majorité d'apparence due au système électoral. L'assemblée ne peut être représentative avec 51% d'abstentionnistes. Une nouvelle fois la voix des urnes est bafouée. 2002, le référendum européen, mai 2017, cela commence à faire beaucoup.

23h27 : Je trouve ridicule toutes les réactions politiques critiquant l'inexpérience des futurs députés. Ce sont eux-mêmes depuis des décennies qui ont mis la France dans l'état qu'elle est aujourd'hui. On pourrait dire dans leur cas que expérience rime avec inefficacité et donc on pourrait dire qu'inexpérience rime avec efficacité.

23h27 : Dans les commentaires, vos avis divergent sur le renouvellement de l'Assemblée nationale.

23h08 : Le député frontiste Gilbert Collard est en diffculté dans la 2e circonscription du Gard. Il est arrivé en tête du premier tour avec 32,27% des voix. Il ne compte que 48 voix de plus que Marie Sara, la candidate investie par La République en marche.

(FRANCE 2)

22h47 : Hier, une bagarre a éclaté aux abords de deux bureaux de vote situés dans la 4e circonscription de Marseille. Certains en auraient profité pour bourrer les urnes, selon La Provence. Les précisions par ici.

(MAXPPP)

22h13 : Olivier Faure, député PS sortant, est qualifié pour le second tour, dans la 11e circonscription de Seine-et-Marne. En face de lui, Amandine Rubinelli de La République en marche. Le socialiste se plaint car son adversaire refuse de débattre avec lui avant le second tour, rapporte La République de Seine-et-Marne.

22h08 : Une majorité à l'Assemblée pour Emmanuel Macron ? Peu de personnalités y croyaient. Au soir de l'élection d'Emmanuel Macron, Alexis Corbières, porte-parole de la France insoumise, était sûr de lui : "Il n'y a pas de majorité politique sur son projet et nous allons le voir dans les élections législatives qui viennent." Pareil pour François Baroin : "Vous pensez qu'il y aura une majorité parlementaire, nous pensons que ce sujet-là va exploser et nous vous donnons rendez-vous !"

(FRANCE 2)


22h04 : Le mathématicien Cédric Villani, candidat de La République en marche, sort en tête au premier tour, dans l'Essonne. "Une campagne, ça se mène bien sûr jusqu'au bout. [...] il y a forcément des pièges dans une campagne. J'ai eu des pièges à démêler, en particulier du côté médiatique", a-t-il déclaré à France 3.


(FRANCE 3)

21h18 : Le PS a essuyé une cinglante défaite hier. Alors qu'ils avaient obtenu 29,35% des suffrages en 2012, le PS et ses alliés n'en ont eu que 9,51% au premier tour des legislatives. Le vocabulaire des socialistes, après leur débâcle, a viré au morbide et au belliqueux : "A terre, décapité, éclaté", "gel dans les vignobles", "mort"...

20h27 : A Behren-Lès-Forbach (Moselle), l'abstention frôle les 80% au premier tour des élections législatives. Comment l'expliquer ? La répétition des scrutins fatigue les électeurs, la multiplication des candidats également, selon France Bleu.

19h56 : Ha LE renouveau merci merci madame El Khomri!!!

19h55 : Un parti des tourneurs de veste

19h54 : Ils vont avec le vent

19h56 : L'ancienne ministre du Travail Myriam El Khomri s'est qualifiée pour le second tour dans le 18e arrondissement de Paris. Elle revendique le soutien d'Emmanuel Macron. Et cela vous fait réagir (parfois de façon ironique).

19h40 : Cela confirme qu'une grande partie des socialistes sont à droite.

19h40 : Myriam El Khomri est adoubée par Emmanuel Macron pour le second tour. Cela fait aussitôt réagir un commentateur.

19h36 : Sur Twitter, Myriam El Khomri, ancienne ministre du Travail, et candidate dans le 18e arrondissement de Paris, remercie Emmanuel Macron. Le président lui a apporté son soutien pour le second tour.

19h21 : "Un véritable décrochage entre la population et la vie politique et ses représentants."

Philippe Poutou, ancien candidat du NPA à la présidentielle, réagit dans une vidéo postée sur YouTube. Il insiste sur l'abstention record.

(DIFFUSION NPA / YOUTUBE)

18h20 : L'entre-deux-tours réserve parfois des surprises. Plusieurs candidats qualifiés pour le second tour des élections législatives ont vu leur candidature appuyée par des adversaires parfois aux antipodes de leurs convictions. Par exemple, Patrick Balkany, ne soutient pas le candidat LR-UDI, Arnaud de Courson. Il votera pour Céline Calvez, la candidate investie par La République en marche. Découvrez d'autres exemples dans notre article.

18h11 : Bien parti pour être élu en Haute-Corse, le candidat nationaliste Michel Castellani a expliqué à franceinfo ses objectifs s'il était élu député. "Si on va à Paris, c'est pour faire comprendre à Macron qu'il a l'occasion de marquer d'une pierre blanche l'histoire (...) en sortant par le haut de ce qu'on appelle depuis des lustres le problème Corse", annonce le professeur d'université. Son élection serait une première pour les nationalistes, qui présentent des candidats aux législatives depuis 1986.

17h48 : Dimanche, pour le premier tour des élections législatives, l'abstention a atteint un niveau record : 51,29%. Pour comprendre ce phénomène, j'ai interrogé la philosophe Myriam Revault d'Allonnes, spécialiste de la représentation politique. "L'abstention et le 'dégagisme' ont une logique complémentaire", m'explique-t-elle ici.






(LIONEL BONAVENTURE / AFP)

17h40 : Qui dit mieux ? La plus jeune élue à l'Assemblée pourrait finalement être Typhanie Degois, 24 ans, en ballottage favorable dans la 1ère circonscription de Savoie pour La République en marche.

17h35 : @anonyme : Merci de me le signaler ! En effet, Lenaïck Adam, 25 ans, est arrivé largement en tête avec 36,5% des suffrages, devant l'un des meneurs du mouvement de contestation sociale du printemps, Davy Rimane.

17h39 : En Guyane un candidat LREM de 25 ans est aussi bien placé... http://la1ere.francetvinfo.fr/legiuslatives-2017-premier-tour-demi-teinte-republique-marche-outre-mer-483809.html

17h29 : Saviez-vous que 100 candidats n'ont reçu aucune voix ? Ou encore que le Parti animaliste a fait presque jeu égal avec Debout la France ? Nous listons ici cinq infos que vous avez peut-être ratées après le premier tour.

17h47 : Deviendra-t-elle la benjamine de l'Assemblée nationale ? A 26 ans, Marie Lebec est la plus jeune des candidats de La République en marche en lice pour le second tour, selon Le Parisien. Elle est bien partie pour se faire élire. "J'ai un peu de mal à réaliser", confie-t-elle.

17h11 : Au lendemain du mauvais score du PS et de l'élimination de Jean-Christophe Cambadélis à Paris, la députée sortante de Gironde Michèle Delaunay réclame un changement à la tête du parti. Elle appelle Bernard Cazeneuve à la rescousse.





17h03 : "Je suis personnellement contre la proportionnelle intégrale et même contre l'instillation d'une dose de ce type de scrutin."

Dans une tribune publiée sur franceinfo, le futur ex-député défend le mode de scrutin actuel, gage de "stabilité gouvernementale".

16h19 : Se dirige-t-on vers une Assemblée moins inégalitaire en matière de parité ? Selon le décompte du Monde, 43% des candidat(e)s arrivé(e)s en tête du premier tour sont des femmes, "un record".

16h15 : Le candidat de La République en marche dans la 5e circonscription des Côtes-d'Armor a reçu un message de félicitations d'Emmanuel Macron, hier soir, selon France 3 Bretagne. Le chef de l'Etat a eu un mot pour Corinne Erhel, la candidate initiale, morte début mai.

16h17 : A Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), le candidat FN a annoncé hier soir qu'il appellerait à voter pour La France insoumise au second tour. Mais, contacté par franceinfo cet après-midi, il rétro-pédale : "J'étais un peu dépité par mon score, je n'avais pas conscience de ce que je disais, explique Gauthier Bouchet. C'était inapproprié, dans un contexte où une centaine de candidats FN sont qualifiés pour le second tour." A-t-il pris un savon de la part de son parti ? "Ça, je peux pas vous le dire", élude-t-il.

15h45 : Pour les candidats en lice pour le second tour, direction la préfecture : ils ont jusqu'à demain 18 heures pour déposer leur candidature. Pour Manuel Valls, c'est déjà fait.

15h37 : Rentrée anticipée pour les quatre candidats élus dès le premier tour ? Selon Reuters, les services administratifs de l'Assemblée les attendent d'un jour à l'autre afin qu'ils puissent remplir leurs dossiers d'élus.

15h40 : Comme dans les urnes, la soirée électorale n'a pas fait le plein, hier soir, à la télévision. France 2 a attiré en moyenne 4 millions de téléspectateurs entre 19h30 et 21h30, tandis que TF1 a réuni 3,6 millions de personnes en moyenne durant son émission spéciale (avant de se rattraper grâce aux Bronzés, avec 3,9 millions de téléspectateurs en moyenne, au détriment de France 2, qui a chuté à 2,7 millions après 21h30).

15h23 : Reprouvé : Merci pour votre question. Comme l'explique le site officiel Vie publique, avoir un groupe parlementaire permet d'accéder aux postes importants de l'Assemblée et de bénéficier d'un temps de parole conséquent en séance. Ainsi, si Jean-Luc Mélenchon ou Marine Le Pen n'arrivent pas à réunir 15 élus pour former un groupe, ils risquent d'avoir du mal à se faire entendre.

15h23 : Bonjour, À quoi sert-il d'avoir un groupe à l'Assemblée Nationale ?

15h12 : Selon notre blogueuse Anne-Claire Ruel, conseillère en stratégie d'opinion, "aucune thématique n'a 'imprimé' durant cette campagne des législatives", en raison notamment de la "lassitude" de l'opinion publique. Voici ses enseignements à chaud après le premier tour.

14h53 : Lors de leur bureau politique, les responsables des Républicains ont décidé de renvoyer à "après les législatives" leur débat sur la ligne à tenir face au gouvernement et à sa future majorité. Leur objectif de la semaine : "faire bloc" derrière les candidats encore en lice. Le parti mise sur un nombre de députés compris entre 70 et 110, UDI compris.

14h47 : Une victoire historique pour La République en marche ? Oui et non : son groupe devrait avoir une taille inédite mais l'alliance LREM/MoDem ne devrait pas avoir la plus forte majorité de la Ve République. La preuve en deux infographies ici.

14h12 : Le raz-de-marée de La République en marche va-t-il atteindre nos voisins allemands ? "La France se trouve dans une époque de changement que l'Allemagne recherche aussi", écrit le Tagesspiegel, cité dans la revue de presse du bureau de Berlin de France 2.

14h06 : Vous êtes tentés de voir le bon résultat de La République en marche comme un plébiscite ? Dans cet article, nous listons cinq arguments pour nuancer le tableau, notamment en abordant le total des voix et le vote des foyers modestes.

13h56 : De son côté, l'adversaire de Gilbert Collard dans la 2e circonscription du Gard, Marie Sara, de La République en marche, lance "un appel au front républicain et aux abstentionnistes".

13h55 : "On sent que maintenant, [les électeurs du Front national] n'ont pas du tout envie que je m'en aille."

Le député sortant, arrivé de justesse en tête avec 32,27% des voix, estime que de nombreux frontistes, "traumatisés par le débat de l'entre-deux-tours" de la présidentielle, n'ont pas voté hier et pourraient lui permettre de s'imposer au second tour.

13h40 : @Bouboufez : Bonjour. Au risque de vous décevoir, il me semble que deux candidats PS ont atteint un meilleur score que dans votre circonscription : Ericka Bareigts dans la 1re circonscription de La Réunion (47,23%) et François André dans la 3e circonscription d'Ille-et-Vilaine (46,78%).