Législatives : quel avenir pour les candidats battus ?

Maryse Burgot en direct depuis l'Assemblée nationale dévoile ce que certains anciens ministres battus ou anciens notables de la politique, sortants pas réélus, pourraient faire comme activité maintenant que la page politique de leur vie se tourne. 

FRANCE 2

Avec les résultats du premier tour des législatives du 11 juin et le grand renouvellement qui a commencé, certains perdants doivent déjà penser à leurs futures activités. Emmanuelle Cosse, elle, cherchera du travail dans le domaine du logement. Pas facile pour l'ancienne ministre du Logement de François Hollande et qui doit aussi éviter tout soupçon de conflit d'intérêts. Plus simple en revanche pour Christian Eckert. "L'ancien secrétaire d'État au budget, va retrouver son poste de professeur de mathématique dans l'enseignement national", affirme la journaliste.

Direction le privé

Matthias Fekl, ancien ministre de l'Intérieur, va aussi emprunter le même chemin et donner des cours à la faculté de science -politique de Paris. Il cherche aussi du travail dans le domaine de l'industrie dans le privé. "Ces députés battus ont le droit à une allocation. Elle est dégressive quoique pendant 6 mois, elle soit de 6 000 euros brut par mois", rappelle tout de même Maryse Burgot.

Le JT
Les autres sujets du JT
Emmanuel Cosse, ministre du logement, souligne les bons chiffres de la construction de logements en Ile-de-France pour l\'an dernier. 
Emmanuel Cosse, ministre du logement, souligne les bons chiffres de la construction de logements en Ile-de-France pour l'an dernier.  (AFP)