Transports : la CGT dénonce le mauvais état des bus de la RATP

70% des bus de la région parisienne ne seraient pas en état de rouler en toute sécurité. C'est ce que dénonce la CGT. Des employés syndiqués ont dressé ce constat après avoir effectué des contrôles sauvages. L'un d'eux est convoqué mardi 12 novembre par la direction. 

FRANCE 3

Des pneus prêts à éclater, des rétroviseurs rafistolés au ruban adhésif, des soufflets éventrés, des colliers en plastique en guise de réparation ou des câbles qui ressortent... D'inquiétantes photos ont été prises par un agent CGT de la RATP. Selon le syndicat, 70% des bus du secteur nord de Paris seraient dangereux pour la sécurité des voyageurs. "Leurs bus ne fonctionnent pas. Il faut savoir qu'il y a un an et demi, un Roissybus a pris feu sur l'autoroute, avec des voyageurs à l'intérieur. Au centre bus de Flandres (Seine-Saint-Denis), deux bus ont brûlé il n'y a même pas deux semaines. Ils laissent leurs bus à la dérive", assure Ahmed Berrahl, secrétaire général CGT-RATP.

La RATP dénonce les méthodes des syndicalistes

Pour prendre ses photos, Ahmed Berrahl a participé à une opération syndicale de contrôle des bus. Mardi 12 novembre au matin, il était pourtant convoqué par la direction de la RATP, avant une éventuelle sanction. "Au lieu de le convoquer, la direction devrait le féliciter parce qu'il a mis en lumière les carences de la RATP en termes de sécurité", précise Semil Kaygisz, membre de la CGT-RATP. La direction de la RATP ne se prononce pas sur l'état des bus, mais pointe les méthodes des syndicalistes. Le syndicaliste convoqué mardi 12 novembre sera fixé sur son sort dans les jours qui viennent. 5 200 bus circulent chaque jour en Ile-de-France.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un bus de la RATP roule dans Paris, le 17 janvier 2010.
Un bus de la RATP roule dans Paris, le 17 janvier 2010. (LOIC VENANCE / AFP)