TGV Atlantique : un pari réussi ?

Le TGV Atlantique fête ses 30 ans, vendredi 20 septembre. L'occasion de se demander ce que ce train à grande vitesse a vraiment changé pour une ville comme Rennes (Ille-et-Vilaine). Quels ont été ses effets sur l'économie bretonne ? Peut-on parler d'un pari réussi ?

FRANCE 2

La Bretagne à moins de deux heures de Paris, à 300 km/h de moyenne. Le TGV Atlantique a 30 ans, et pour certains, c'est toujours un émerveillement. Cela fait soixante-dix ans que Pierre Toulouse prend le train. Il se rappelle de l'arrivée du TGV comme si c'était hier. Certains costumes ont un peu changé et les cigarettes sont désormais interdites, mais la fierté est intacte. En gare, l'arrivée du TGV a tout changé. On compte deux à trois fois plus de trains aujourd'hui qu'en 1989 et 10 millions de voyageurs par an, un flux qu'il faut gérer via une tour de contrôle informatisée. À grande vitesse, les trains venus de tout le Grand Ouest se suivent toutes les 5 minutes sur la ligne, alors le moindre délai peut tout désorganiser.

Les prix de l'immobilier breton explosent

Alors, quelle différence dans la vie des Bretons ? Le TGV devait désenclaver la région et dynamiser l'économie en la rapprochant de Paris. Rennes (Ille-et-Vilaine) attire désormais des startups dans des nouveaux quartiers d'affaires. Avec Paris à 1h25, Rennes a vu les prix de l'immobilier exploser, à tel point qu'il devient difficile ici de devenir propriétaire. Pour fêter les 30 ans du TGV, la gare de Rennes a été totalement rénovée et certaines rames vont bientôt être remplacées. Certaines d'entre elles, toujours en service, datent de 1989.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un TGV, le 8 novembre 2017.
Un TGV, le 8 novembre 2017. (LOIC VENANCE / AFP)