La SNCF se lance sur le marché espagnol, avec un Ouigo Madrid-Barcelone

Le service commercial doit débuter lundi, au lendemain de la levée de l'état d'urgence sanitaire en Espagne.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des agents s'apprêtent à monter à bord d'un TGV Ouigo de la SNCF à Madrid, le 7 mai 2021. (PIERRE-PHILIPPE MARCOU / AFP)

"Aujourd'hui démarre la libéralisation de la grande vitesse. Destination Barcelone." La SNCF a inauguré, vendredi 7 mai, son premier train sur le marché espagnol, en lançant le TGV à bas coût Ouigo entre Madrid et Barcelone. Avec le même jingle qu'en France, le premier train a quitté Madrid-Atocha à 10h15, avec quelques invités à son bord. Le service commercial doit débuter lundi, au lendemain de la levée de l'état d'urgence sanitaire en Espagne. Ouigo proposera alors cinq allers-retours quotidiens entre Madrid et Barcelone, via Saragosse et Tarragone. En face, l'opérateur historique Renfe en aligne 14, aux billets nettement plus chers.

Les 620 km du parcours sont avalés en deux heures et demie, avec des billets à partir de 9 euros (uniquement disponibles sur le web, comme en France). La SNCF a investi quelque 600 millions d'euros dans l'aventure espagnole, qu'elle a décidé de poursuivre malgré les énormes pertes que lui a fait subir la pandémie de Covid-19. Sur le modèle du Ouigo français, elle va utiliser pour commencer quatre rames TGV duplex relativement neuves, prélevées dans son parc et réaménagées dans ses ateliers de Bischheim, près de Strasbourg. Elle doit en avoir 14 d'ici 2023. L'idée est de faire rouler des rames doubles, offrant deux fois 509 places sur chaque trajet.

"Les Espagnols vont découvrir à la fois le low-cost et les rames à deux niveaux, c'est nouveau", a déclaré à l'AFP le directeur général de Voyages SNCF, Alain Krakovitch. "Ouigo en Espagne n'est pas un copié-collé du Ouigo France, a-t-il relevé. On a conservé le bar, et on a conservé les sièges de première classe." Ceux-ci sont vendus avec un supplément.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.