Cet article date de plus de huit ans.

Mory Ducros : l'Etat va soutenir l'offre de reprise du principal actionnaire

L'Etat soutiendra l'offre d'Arcole, via un prêt de 17,5 millions d'euros, a annoncé le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un camion Mory Ducros à Gonesse (Val-d'Oise), le 9 janvier 2014. (MARTIN BUREAU / AFP)

"Nous avons sécurisé l'offre d'Arcole." L'Etat va soutenir l'offre de reprise de Mory Ducros présentée par Arcole, le principal actionnaire du transporteur de colis en difficulté, via un prêt de 17,5 millions d'euros, a annoncé Arnaud Montebourg vendredi 10 janvier. "Nous avons là une solution (...) qui permet de rassurer toute la clientèle de Mory Ducros. Nous allons pouvoir envisager une sortie de crise le soutien de la profession, de l'Etat et de l'actionnaire", a souligné le ministre du Redressement productif, qui a aussi annoncé d'autres dispositions. 

Mory Ducros emploie 5 000 personnes, et 2 000 emplois supplémentaires dépendent de la société de messagerie via la sous-traitance. Son dépôt de bilan, acté le 26 novembre 2013, est l'un des plus importants en France depuis celui du fabricant de petit électroménager Moulinex en 2001.

Quelles sont les mesures annoncées ?

Le prêt de l'Etat se fera "aux conditions de marché avec des garanties sur le patrimoine de Mory Ducros", a détaillé Arnaud Montebourg. Il sera réalisé dans le cadre du plan de résistance économique présenté par le ministre à l'automne 2013.

Le ministre fait aussi état de la nomination d'un préfet dédié à ce dossier et de mesures exceptionnelles d'accompagnement en faveur des 3 000 salariés qui risquent de perdre leur emploi.

L'Etat a également prévu toute une série de mesures pour soutenir les salariés qui pourraient perdre leur travail : "le maintien du salaire pendant un an avec le contrat de sécurisation professionnelle", "le financement de toutes les formations sur tous les projets professionnels qui auront été validés" et "la prise en charge partielle pendant deux ans du différentiel de salaire pour qu'il n'y ait pas de diminution du pouvoir d'achat".

Quelles sont les contreparties ?

De son côté, Arcole Industries apportera également 17,5 millions d'euros au transporteur de colis en difficulté, auxquels s'ajoutera un crédit bancaire de 15 millions.

En contrepartie, le gouvernement a obtenu "le changement de tout le management de Mory Ducros et donc d'Arcole" et il lui a demandé "d'améliorer le plan social", a indiqué le ministre.

Le tribunal de commerce de Pontoise examinera les offres lors d'une audience le 31 janvier. On devrait alors en savoir plus, en particulier sur le nombre d'emplois que pense préserver chacun des repreneurs candidats.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Transports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.