Grève à Air France : "On ira au point de rupture", met en garde la CGT

Vincent Salles, secrétaire général de la CGT d'Air France, a estimé, mardi sur franceinfo, que seule la grève fera céder la direction d'Air France, confrontée aux revendications d'augmentation salariale des syndicats.

Air France a déjà subit des journées de grève les 22 février, 23 et 30 mars 2018. (Photo d\'illustration)
Air France a déjà subit des journées de grève les 22 février, 23 et 30 mars 2018. (Photo d'illustration) (ERIC FEFERBERG / AFP)

"Il faut que la direction plie." Le message délivré, mardi 3 avril sur franceinfo, par Vincent Salles est clair. Le secrétaire général de la CGT d'Air France a prévenu que le syndicat "ira au point de rupture", alors que l'intersyndicale a appelé à une nouvelle journée de grève, mardi 10 et mercredi 11 avril, pour réclamer une hausse des salaires de 6%.

On subit un gel des salaires depuis 2011. On demande juste un rattrapage de l'inflation, ce n'est pas une revendication mirobolanteVincent Sallesà franceinfo

Selon Vincent Salles, face au refus de la direction de "faire des compromis", "il n'y aura que la grève qui la fera malheureusement céder". Le secrétaire général de la CGT a estimé que "la direction a choisi d'en prendre la responsabilité en ne souhaitant pas accéder à nos revendications".

Le personnel d'Air France, tous métiers confondus, a déjà arrêté le travail à trois reprises, les 22 février, 23 et 30 mars. Ils souhaitent être entendus, car "depuis 2012, on subit des plans de restructuration successifs, on a perdu plus de 10 000 emplois, on a perdu des jours de congés, a rapporté Vincent Salles qui a jugé que "notre part a été faite largement".