Radars détruits : plus de morts sur les routes ?

La mortalité routière est en hausse de 17,1 % en février. Les associations et le gouvernement mettent en cause la dégradation des radars, conséquence du mouvement des "gilets jaunes".

FRANCE 3

Des radars vandalisés, bâchés, tagués ou incendiés, impossible de ne pas en croiser aujourd'hui sur les routes de France. D'après le ministère de l'Intérieur, 75 % sont détruits ou détériorés depuis le début du mouvement des "gilets jaunes". Conséquence : un relâchement dans le comportement des automobilistes, selon la Sécurité routière. "De voir tous ces radars détruit, ça libère une envie de ne pas respecter les règles. Le non-respect des règles ça se paye sur la vie, ou sur la mort", estime Emmanuel Barbe, délégué interministériel à la Sécurité routière.

41 décès de plus qu'à la même période l'an passé

Ces quatre derniers mois, 1 050 personnes sont mortes sur les routes, soit 41 de plus qu'il y a un an sur la même période. En Ardèche, les chiffres sont particulièrement mauvais : dix morts depuis le début de l'année, du jamais vu depuis une décennie. Dans ce département, la quasi-totalité des radars ont été endommagés.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un radar incendié à Noyal-Chatillon-sur-Seiche, en Ille-et-Villaine. (illustration)
Un radar incendié à Noyal-Chatillon-sur-Seiche, en Ille-et-Villaine. (illustration) (DAMIEN MEYER / AFP)