Quatre gilets jaunes condamnés à de la prison avec sursis pour avoir brûlé des radars en Savoie

Le "cerveau" de l'opération est un policier à la retraite.

Un radar brûlé vers Argelès-sur-mer dans les Pyrénées-orientales, le 25 mars 2019 (photo d\'illustration).
Un radar brûlé vers Argelès-sur-mer dans les Pyrénées-orientales, le 25 mars 2019 (photo d'illustration). (MICHEL CLEMENTZ / MAXPPP)

Un homme, policier à la retraite, et trois femmes âgés de 44 à 60 ans ont été condamnés vendredi 22 novembre par le tribunal d'Albertville en Savoie à de la prison avec sursis, rapporte samedi France Bleu Pays de Savoie. Les quatre individus ont brûlé deux radars le long de la nationale 90, dans la nuit du 13 septembre dernier.

Arrêtés en flagrant délits, ils ont reconnu les faits. Le policier à la retraite, qui a eu l'idée de dégrader les radars, écope d'un an avec sursis. Deux autres femmes sont condamnées à cinq mois et huit mois avec sursis. La peine la plus lourde revient à la quatrième femme, la plus "jeune", qui avait en plus outragé et menacé les policiers au moment de l'interpellation : 16 mois de prison avec sursis et mise à l'épreuve.

"Une grosse connerie"

Le procès s'est déroulé dans le calme, avec une cinquantaine de "gilets jaunes" venus en soutien. 

Les prévenus ont tous regretté ce qu'ils appellent "une grosse connerie". Une autre audience aura lieu en avril prochain pour fixer la somme qu'ils vont devoir verser pour la dégradation des radars. La somme est estimée à 54 000 euros.