Cet article date de plus d'un an.

Réforme des retraites : le gouvernement passe à l’offensive

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
La Première ministre a rappelé, dimanche 29 janvier, qu’il n’était pas question de négocier sur les 64 ans, mais elle se dit ouverte sur d’autres points comme la situation des femmes.
Réforme des retraites : le gouvernement passe à l’offensive La Première ministre a rappelé, dimanche 29 janvier, qu’il n’était pas question de négocier sur les 64 ans, mais elle se dit ouverte sur d’autres points comme la situation des femmes. (France 3)
Article rédigé par France 3 - A. Mezmorian, B. Gelot, S. Pichavant, L. Harper, France 3 Lille, E. Jarlot
France Télévisions
La Première ministre a rappelé, dimanche 29 janvier, qu’il n’était pas question de négocier sur les 64 ans, mais elle se dit ouverte sur d’autres points comme la situation des femmes.

Le gouvernement est en ordre de bataille à 48 heures d’une nouvelle mobilisation contre la réforme des retraites, mardi 31 janvier. Pour Elisabeth Borne, il faut montrer son inflexibilité. L’âge légal sera reporté et il n’est pas question de reculer. "Non, ça n’est plus négociable la retraite à 64 ans et l’accélération de la réforme Touraine, c’est le compromis que nous avons proposé", a-t-elle déclaré. Gérald Darmanin, quant à lui, tire sur la gauche en stigmatisant ses méthodes.

Marine Le Pen se réinvite dans le débat

"Ils veulent passer en force, ils bombent le torse donc la meilleure des réponses ce sera des millions de personnes dans la rue", a répondu Manuel Bompard, député LFI-NUPES des Bouches-du-Rhône. Leurs alliés du PS ne se prononcent pas, selon eux, tout peut basculer à long terme pour la majorité. Côté Rassemblement national, Marine Le Pen s’est réinvitée dans le débat. "Parti comme c’est, il n’est pas du tout impossible que sa réforme des retraites ne soit pas votée", pense-t-elle.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.