Réforme des retraites : "Il faut mettre en suspens la mesure des 64 ans" et lancer une "médiation", demande Laurent Berger

"Il faut trouver une voie de sortie", insiste le secrétaire général de la CFDT qui demande au gouvernement d'"annoncer clairement qu'il n'y aura pas de mise en œuvre de cette réforme".
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, le 28 mars 2023 sur France Inter. (FRANCE INTER / RADIO FRANCE)

"Il faut mettre sur pause, en suspens, la mesure des 64 ans", a appelé Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, mardi 28 mars sur France Inter alors qu'une 10e journée d'action nationale est organisée. "Il faut prendre un mois, un mois et demi, pour demander à une, deux, trois personnes de faire de la médiation, de la conciliation, d'aller voir les différentes parties en disant : vous voulez quoi ?", a poursuivi Laurent Berger, convaincu "qu'il faut trouver une voie de sortie" et que c'est encore possible.

>> Mobilisation contre la réforme des retraites - Suivez notre direct.

"L'idée c'est d'entrer dans un processus de médiation (…) les noms de ces médiateurs, ce n'est pas le sujet", a-t-il ajouté. Le gouvernement "doit annoncer clairement qu'il n'y aura pas de mise en œuvre de cette réforme", il doit montrer qu'il a entendu et écouté la contestation, déplorant l'absence de "concertation réelle" sur la mesure des 64 ans.

"On a proposé une nouvelle fois au gouvernement et surtout au président de la République de suspendre son projet et de nommer une médiation. Nous allons écrire au président de la République pour valider cette proposition", a ajouté mardi Philippe Martinez, le patron de la CGT lors d'un micro tendu à Clermont-Ferrand, précisant que c'est une "proposition de l'intersyndicale".

Le secrétaire général de la CFDT a également appelé à "l'apaisement", à un "acte fort", "une annonce" du président de la République. "Je fais le pari de l'intelligence collective, du compromis social, on doit être capable de mettre de côté cette réforme et de dire, on rediscute du travail, et après on verra bien", a résumé Laurent Berger.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.