PSA : les 5,24 millions d’euros de Carlos Tavares passent mal

Le quasi doublement en 2015 de la rémunération du président du directoire du groupe automobile français fait tousser autant les syndicats que les représentants de l'Etat, actionnaire à hauteur de 14%.

(Le président du directoire de PSA Peugeot Citroën avait annoncé pour 2015 un retour au bénéfice net du groupe, en panne depuis 2010 © MaxPPP)

Selon des documents publiés vendredi, le patron de PSA Peugeot Citroën, Carlos Tavares, a gagné l'an passé 5,24 millions d'euros. Le redressement du groupe automobile français peut-il justifier le bonus ? La CFDT a estimé que cette rémunération n'était "pas légitime".

Le porte-parole du Nouveau parti anticapitaliste, Philippe Poutou, candidat à la présidentielle, a estimé sur France Info que "les patrons sont cyniques, provocateurs. Cela mériterait des grèves générales."

A LIRE AUSSI ►►►  "C'est l'écart des salaires qui est inacceptable" (CFTC)

A LIRE AUSSI ►►► "Cela mériterait des grèves générales" (Philippe Poutou)

Selon le journal Les Echos, l'Etat s'oppose aussi à la hausse et rappelle sa ligne de conduite sur la question, à savoir "une modération salariale". D'après le quotidien économique, les deux représentants de l'Etat au conseil d'administration de PS ont voté contre la spectaculaire hausse de rémunération de Carlos Tavares. Bercy, sans commenter sa position, a rappelé sa "doctrine", rapporte le journal : l'exécutif recommande, dans les entreprises où il dispose d'une participation minoritaire, "une baisse de 30% de la rémunération du dirigeant"

Un contexte positif

Carlos Tavares a touché 5.245.284 euros pour l'exercice 2015 contre 2.750.936 euros en 2014, selon le document de référence du groupe. Le constructeur automobile a renoué en 2015 avec un bénéfice net après quatre années dans le rouge. Le groupe français a même atteint, avant la date prévue, tous les objectifs de son plan de redressement économique, désormais achevé. Le nouveau plan stratégique sera présenté le 5 avril. 

A LIRE AUSSI ►►► PSA sort du rouge : une prime aux salariés de 2.000 euros en moyenne