Manifestant blessé par une grenade : ce que le policier suspecté a écrit à sa hiérarchie

Le jeune homme blessé lors d'une manifestation contre la loi Travail à Paris le 26 mai est sorti du coma selon une source proche de l'enquête jointe par France Info confirmant une information de l'Express.

(©)

Le policier qui a jeté une grenade de désencerclement lors d'une manifestation contre la loi Travail, le 26 mai dernier à Paris, sera entendu demain mardi à 14h30 par l'IGPN, la police des polices, selon les informations recueillies par France Info. Un jeune homme avait été gravement blessé à la tête : il est sorti du coma ce lundi en fin d'après-midi, selon une source proche de l'enquête jointe par France Info confirmant une information de l'Express.

Le policier mis en cause compte bien se défendre. France Info a eu accès en exclusivité au rapport qu'il a rédigé à sa hiérarchie. Selon ce policier, il y avait urgence : des policiers, réfugiés derrière les grilles d'une résidence privée, "faisaient l'objet de nombreux jets de projectiles", cours de Vincennes à Paris. "J'ai capté une demande de renfort urgente du brigadier", poursuit le policier, "il m'annonçait que les individus tentaient d'entrer dans la résidence pour délivrer l'individu interpellé".

Une grenade lancée pour protéger ses collègues 

Il explique qu'une fois arrivé sur place, il a constaté "qu'une centaine de personne jetaient des projectiles sur le groupe retranché, tentait d'entrer dans l'enceinte de la résidence". Avec ses collègues arrivés en renfort, ils ont aussi été la cible de jets de projectiles : "Constatant que nous n'étions que six, les individus nous ont jeté à nouveau des projectiles, et ont tenté de nous coincer contre la grille de la résidence ". Il a alors décidé de lancer une grenade de désencerclement.

Il ajoute qu'il a vu le jeune homme allongé sur le trottoir, avec une "plaie saignante au cuir chevelu ", et qu'il était conscient. Le policier précise qu'il ne saurait dire si cette blessure "est due à la grenade de désencerclement ou un autre type de projectile lancé par la foule ".

Le jeune homme, grièvement blessé, est toujours dans le coma. Sa famille dénonce une utilisation totalement abusive de la grenade de désencerclement.