Cet article date de plus de sept ans.

Le patron du Medef en porte à faux avec son code de bonne conduite ?

Selon le journal Le Parisien, Pierre Gattaz ne s'appliquerait pas à lui-même les règles de bonne conduite qu'il a pourtant édictées en tant que patron du Medef. Il est reproché à Pierre Gattaz, patron de Radiall, d'être salarié et mandataire social de sa société. Une double casquette en contradiction avec le code de bonne conduite de l'organisation patronale. L'interressé s'en défend.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Pierre Gattaz, dirigeant de Radiall, société spécialisée dans la conception et la fabrication d'équipements électroniques © Maxppp)

Le code de bonne conduite - élaboré en 2007 par le Medef et l'Association des entreprises privées - est très précis sur le sujet. Lorsqu'un salarié devient dirigeant mandataire social de l'entreprise, il est recommandé de mettre fin à son contrat de travail. L'objectif est de faire en sorte que le dirigeant ne bénéficie pas, en plus de ses propres avantages, de ceux du salarié, par exemple les indemnités chômage. 

 Or, dans le rapport financier 2014 de la société Radiall, que nos confrères du Parisien on scruté à la loupe, il est mentionné noir sur blanc que Pierre Gattaz - qui est dirigeant mandataire, a un contrat de travail.

Des informations pourtant démenties par l'entourage du président du Medef. Une erreur s'est glissée dans le rapport, nous dit-ton. Pierre Gattaz ne bénéficie pas de contrat de travail, il est rémunéré comme dirigeant de société et il conserve une fonction exécutive dans sa société. Un erreur regrettable. Dans un tweet, Pierre Gattaz précise : "Non je ne pratique pas le deux poids deus mesures". 

 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Éco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.