Cet article date de plus de deux ans.

EDF a arrêté sa dernière centrale au fioul encore en fonctionnement

C'était la dernière grande unité de production d'électricité au fioul dans le pays.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La centrale thermique EDF de Cordemais (Loire-Atlantique), en février 2006. (MAXPPP)

C'est la fin d'une époque. EDF a arrêté définitivement sa dernière grande centrale de production d'électricité au fioul, située à Cordemais (Loire-Atlantique). La tranche numéro 3 du site a été arrêtée le 31 mars, selon les données publiées par l'électricien sur le site de RTE, le gestionnaire du réseau électrique à haute tension français.

Mise en service en 1976, la centrale disposait d'une capacité de production de 700 MW. La centrale de Cordemais comptait une autre tranche au fioul, qui a déjà été arrêtée l'an dernier. C'était la dernière grande unité de production d'électricité au fioul dans le pays. EDF avait accéléré ces dernières années la fermeture de ses centrales au fioul, vieillissantes. Elles n'étaient utilisées que pour faire face à d'éventuels pics de consommation et coûtaient cher.

Deux centrales à charbon vouées à la fermeture

Par ailleurs, EDF exploite toujours deux centrales à charbon, l'une à Cordemais (avec deux unités de 600 MW chacune) et l'autre au Havre (Seine-Maritime). Mais ces sites sont menacés car le gouvernement veut fermer les centrales à charbon, très polluantes, d'ici la fin du quinquennat en 2022.

Pour protester contre l'arrêt annoncé de la filière charbon, les salariés de la centrale thermique de Cordemais se sont mis en grève. La CGT a envoyé un courrier à Nicolas Hulot, ministre de la Transition énergétique, rapporte France 3 Pays de la Loire. Elle lui demande "une rencontre, dans les plus brefs délais" et dénonce l'absence de débat sur le choix du gouvernement de fermer les centrales thermiques.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.