Évasion fiscale : les responsables de l'association Attac ont rencontré des dirigeants d'Apple à Paris

Dominique Plihon, porte-parole d'Attac a regretté auprès de franceinfo le comportement d'Apple, lundi, lors d'une réunion. L'association reproche à l'entreprise sa politique d'évasion fiscale. Elle a répondu "non" à toutes les demandes d'Attac. 

Manifestation d\'Attac dans un magasin Apple, à Paris, le 2 décembre 2017. 
Manifestation d'Attac dans un magasin Apple, à Paris, le 2 décembre 2017.  (NNOMAN CADORET / CITIZENSIDE)
avatar
Célia QuilleretRadio France

Mis à jour le
publié le

Les responsables de l'association Attac ont obtenu un rendez-vous à Paris avec des dirigeants d'Apple. Les militants de l'association altermondialiste ont été reçus lundi 18 décembre par deux dirigeants du géant américain : un responsable français des magasins Apple et un responsable juridique.

Selon Attac, qui dénonce depuis plusieurs mois la politique d'évasion fiscale de l'entreprise et qui a occupé à plusieurs reprises des boutiques de la marque à la pomme, les représentants d'Apple ont campé sur leurs positions. Ils ont répondu "non" à toutes les demandes d'Attac, que ce soit en termes de transparence financière ou même d'évasion fiscale. Apple continue de résister face à la Commission européenne qui a condamné l'entreprise à 13 milliards d'euros d'impôt en Irlande : la firme a fait appel.

De nouvelles occupations de magasins à venir 

Dominique Plihon, le porte-parole d'Attac, a assuré à franceinfo qu'Apple est l'entreprise qui va le plus loin dans cette politique d'évasion fiscale. "Leur position c'est de considérer qu'il n'y a pas à débattre de leur politique fiscale. C'est 'Circulez, il n'y a rien à voir' alors même que l'ensemble des travaux du Sénat américain et de la Commission européenne démontrent qu'ils pratiquent l'évasion fiscale à haute dose et l'optimisation fiscale agressive."

D'après ce porte-parole d'Attac, la seule question que les dirigeants français d'Apple ont posée portait sur d'éventuelles futures occupations de magasins. Il leur ont reproché de "'nuire à la sécurité dans le cadre du plan Vigipirate'" selon Dominique Plihon, qui s'est défendu : "nos actions sont non violentes, à visage découvert et ne font absolument aucun dégât." Mécontents de ce rendez-vous, les militants d'Attac prévoient d'autres occupations de magasins, bien décidés à ternir l'image d'Apple.

Attac contre Apple : le résume de Célia Quilleret, journaliste à franceinfo.
--'--
--'--