Cet article date de plus de cinq ans.

Airbnb n'a (presque) plus droit de cité à Berlin

Faute d'autorisation préalable, louer son logement sur la plateforme en ligne sera interdit à partir du 1er mai dans la capitale allemande.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Les locaux d'Airbnb à Berlin (Allemagne), le 19 août 2015.  (JENS KALAENE / AFP)

Après New York, Berlin va limiter drastiquement le recours à Airbnb. Faute d'autorisation préalable délivrée par la mairie, louer son logement sur la plateforme en ligne sera interdit à partir du 1er mai dans la capitale allemande, sous peine d'une amende pouvant aller jusqu'à 100 000 euros. Comme le rappelle RFI, la ville est l'une des plus prisées par les usagers d'Airbnb et compte 16 000 logements loués via la société californienne. 

"Dans certains immeubles, on trouve plus de touristes que de locataires", s'insurge Engelbert Lütke Daldrup, secrétaire d'Etat au Logement de la ville-région, dans Le Parisien. Les autorités allemandes estiment que la sous-location de logements sur Airbnb a fait flamber les prix dans le centre-ville, créant une pénurie de locations à prix abordables pour les Berlinois.

Bientôt à Paris aussi ?

A partir du 1er mai, seule la location d'une pièce dans un logement habité restera possible. Quant aux autorisations requises pour louer un appartement entier, les maires d'arrondissement ont promis d'être inflexibles, selon Le Parisien. De son côté, Airbnb devra fournir les coordonnées des loueurs afin que ces derniers soient contraints de s'acquitter d'une taxe. Difficile, du reste, de contrôler un parc aussi important. La ville de Berlin a donc décidé d'encourager la délation, via un formulaire en ligne à remplir par les voisins excédés de voir défiler des touristes dans leur immeuble. 

A Paris, Airbnb collecte depuis octobre 2015 la taxe de séjour reversée à la ville (pour un montant de 4,6 millions d'euros en 2015). Mais la maire de la capitale veut aller plus loin. Anne Hidalgo souhaite généraliser la perception de la taxe de séjour à toutes les plateformes de location en ligne et soumettre ces locations à une autorisation préalable, comme à Berlin.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.