Cet article date de plus d'un an.

Grève des médecins libéraux : leur mobilisation pourra-t-elle peser sur les négociations en cours ?

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min
Les médecins libéraux expriment leur mécontentement, mardi 14 février. Au départ de la manifestation, place Vauban à Paris, on retrouve Jihane Benzina.
Grève des médecins libéraux : leur mobilisation pourra-t-elle peser sur les négociations en cours ? Les médecins libéraux expriment leur mécontentement, mardi 14 février. Au départ de la manifestation, place Vauban à Paris, on retrouve Jihane Benzina. (France 3)
Article rédigé par France 3 - J. Benzina
France Télévisions
France 3
Les médecins libéraux expriment leur mécontentement, mardi 14 février. Au départ de la manifestation, place Vauban à Paris, on retrouve Jihane Benzina.

Les médecins doivent se rendre devant le Sénat, mardi 14 février, lieu et date qui ne sont pas choisis au hasard. C’est ici au Sénat qu’est discutée la proposition de loi qui consiste à ne plus passer par un médecin généraliste pour certains actes. Mais ce qui pousse aussi ces médecins dans la rue, c’est cette proposition de l’Assurance maladie d’augmenter leur consultation de base d’1,50 euro, alors qu’ils réclamaient beaucoup plus. "Le ministre de la Santé rappelait ce matin que les négociations ne sont pas terminées, on peut renchérir un peu, a-t-il dit. Pour lui l’objectif, c’est de valoriser, encourager les médecins qui accepteraient par exemple de faire plus de gardes", rapporte Jihane Benzina, en direct de Paris.    

La loi Rist va être rediscutée dans l'après-midi 

  

Le tarif de 30 euros pour une consultation "n’est pas absurde", cite la journaliste. "Pour répondre aux besoins d’une population, cela fait partie de la discussion", relaye Jihane Benzina. Pour ce qui concerne l’autre volet de la contestation, "la loi Rist, qui permettrait à des professions paramédicales d’accomplir des actes sans l’aval du médecin, elle a déjà été modifiée en partie à l’Assemblée nationale. Elle va être rediscutée cet après-midi devant le Sénat", ajoute la journaliste. En attendant de voir si la mobilisation du jour peut peser sur les discussions.   

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.