Cet article date de plus de neuf ans.

Démantèlement de Dexia : l'Etat à la rescousse de la Caisse des dépôts

La reprise de Dexma, valorisé à environ 380 millions d'euros, intervient dans le cadre du plan de démantèlement de la banque franco-belge Dexia, ancien leader mondial du financement des collectivités locales.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La banque franco-belge Dexia, sévèrement touchée par la crise, doit être démantelée entre les deux pays. (THOMAS PADILLA / MAXPPP)

L'Etat français va finalement prendre une participation de 31,67% au capital de Dexia Municipal Agency (Dexma), une filiale de Dexia spécialisée dans le refinancement des collectivités locales, a-t-on appris jeudi 9 février. Dans le schéma initial de démantèlement tracé à l'automne dernier, la Caisse des dépôts devait reprendre 65% de Dexma à elle seule. Mais, redoutant qu'une telle opération mobilise trop de fonds propres, plusieurs parlementaires français ont souhaité voir l'Etat intervenir directement dans cette opération.

La reprise de Dexma, valorisé à environ 380 millions d'euros, intervient dans le cadre du plan de démantèlement de la banque franco-belge Dexia, ancien leader mondial du financement des collectivités locales. En plus de l'Etat et de la CDC, qui prennent donc chacune 31,67% de participations, Dexia Crédit Local (DCL) conservera également une participation de 31,67% dans Dexma.

La Banque postale, filiale bancaire du groupe La Poste, prendra ce qui reste, soit près de 5%. "Il sera offert à la Banque postale de monter dans Dexma en reprenant progressivement la part de DCL, a déclaré une source proche des négociations. Quand on va monter en puissance dans le financement, la part de la Banque postale montera, mais en temps voulu."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.