Vidéo Renationalisation d’EDF : "C'est plutôt une recapitalisation", regrette le communiste Fabien Roussel

Publié
Article rédigé par
Radio France

Fabien Roussel, le secrétaire national du Parti communiste Français, appelle sur franceinfo jeudi à la création d'un établissement public dans lequel l'État serait actionnaire principal, pour "remettre en place un service public".

"Ils disent nationalisation" d'EDF, mais "c'est plutôt une recapitalisation", a estimé le secrétaire national du Parti communiste Français (PCF), Fabien Roussel, jeudi 7 juillet sur franceinfo, au lendemain du discours de politique générale de la Première ministre. "Je vous confirme aujourd'hui l'intention de l'État de détenir 100% du capital d'EDF", a en effet déclaré Élisabeth Borne devant les députés, dont le dirigeant communiste fait partie.

Fabien Roussel propose la création d'un Epic

Il parle de "recapitalisation" car "l'État prend 100% des actions dans une société anonyme qui reste une société privée". "Ce que nous nous voulons, c'est que nous ayons une entreprise publique et donc que l'on crée un établissement public (Epic) dans lequel l'État est effectivement l'actionnaire principal, et que l'on remette en place un service public", a-t-il ajouté.

"C'est comme ça que nous pouvons baisser la TVA à 5,5% sur les factures d'électricité et de gaz, et donc agir tout de suite sur les factures de nos concitoyens."

Fabien Roussel

à franceinfo

"Nous voulons avoir le débat au Parlement pour que l'ensemble de la représentation nationale puisse dire ce que nous mettons dedans", a exigé l'élu du Nord. "Nous voulons un EPIC [Établissement public à caractère industriel et commercial], nous voulons baisser la TVA, nous voulons sortir l'électricité, l'énergie des prix du système européen, nous voulons retrouver notre souveraineté en matière de production d'énergie", a-t-il poursuivi. "Nous voulons investir dans les filières nucléaire et renouvelables", a-t-il aussi affirmé.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.