Hausses du prix de l'énergie : un chèque de 100 euros pour près de 6 millions de ménages modestes

Les ménages éligibles n'auront pas de démarche à effectuer et recevront cette aide exceptionnelle par courrier courant décembre, quel que soit leur mode de chauffage (électricité, fioul, gaz).

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Les tarifs réglementés du gaz ont augmenté de 8,7% au 1er septembre 2021, après plus de 5% en août et près de 10% en juillet.
 (HOUIN / BSIP / AFP)

Près de 6 millions de ménages modestes bénéficieront d'un chèque exceptionnel de 100 euros pour les aider à payer leur facture énergétique, face à la hausse actuelle des prix, a annoncé mercredi 15 septembre le gouvernement.

Le Premier ministre Jean Castex va annoncer jeudi "la mise en place d'une aide sociale exceptionnelle très simple de 100 euros pour tous les ménages qui bénéficient aujourd'hui du chèque énergie", soit "5,8 millions de ménages", a indiqué Matignon.

Les ménages éligibles n'auront pas de démarche à effectuer et recevront cette aide exceptionnelle par courrier courant décembre, quel que soit leur mode de chauffage (électricité, fioul, gaz).

Augmentation de près de 9% en septembre 

"C'est une forme de soutien pour passer cette situation que l'on considère comme conjoncturelle de hausse du prix des énergies qui va conduire à une hausse des prix du chauffage", a-t-on expliqué à Matignon.

Les prix du gaz ont notamment connu de fortes hausses ces derniers mois, sous l'effet de la reprise économique mondiale. Les tarifs réglementés ont augmenté de 8,7% au 1er septembre, après plus de 5% en août et près de 10% en juillet.

Le chèque énergie est un dispositif déjà existant qui couvre une partie des factures d'électricité, de gaz ou de fioul ou encore des travaux de rénovation énergétique. D'un montant de 150 euros en moyenne, il bénéficie à certains ménages en fonction de leurs revenus fiscaux.



Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Energie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.