Arrêter de payer ses factures : au Royaume-Uni, le mouvement "Don't Pay" fait des adeptes

Au Royaume-Uni, le collectif "Don't Pay" veut rassembler un million de personnes avec un objectif : ne plus payer ses factures de gaz et d'électricité, alors que le coût de la vie continue d'augmenter.

Article rédigé par
Elodie Goulesque - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Au Royaume-Uni, plus de 100 000 personnes sont prêtes à ne plus payer leurs factures pour protester contre la hausse du coût de la vie (JEAN-LUC FLEMAL / MAXPPP)

C'est un phénomène qui a déjà réuni plus de 100 000 personnes au Royaume-Uni : le mouvement "Don't Pay", traduisez "Ne Payez pas". L'objectif est de rassembler un million de personnes qui ne payeraient pas leurs factures de gaz et d'électricité en même temps. Le site de Don't Pay propose de stopper les prélèvements automatiques des factures d'énergie à partir du 1er octobre.

>> EN VIDEO - Royaume-Uni : des Anglais refusent de payer leurs factures d’électricité, jugées trop élevées 

Avec le coût de la vie qui augmente, l’espoir de ce mouvement de désobéissance civile est de faire plier les grandes compagnies du secteur. 

Un pari risqué 

Theodora fait partie de ceux qui ont décidé de s'engager avec le mouvement Don't Pay. Elle a 24 ans et vit dans le nord de l'Angleterre. "J'ai décidé de rejoindre cette cause à cause des prix de l'énergie et du coût de la vie en général."

"J'ai grandi dans un milieu pauvre et il est évident que, dans ma région, et dans ma famille, nous allons retomber là-dedans."

Theodora

à franceinfo

À Londres, Sam trouve que c'est une bonne idée : "Les factures d'énergie sont trop élevées et ne font qu'augmenter." Mais l'initiative divise : "Je comprends, mais je n'y participerai pas", déclare un autre Londonien. 

Selon certaines associations de consommateurs, l'engagement est risqué : certaines familles pourraient finir privées de gaz ou d’électricité.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Crise énergétique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.