Cet article date de plus de huit ans.

Communiquer par son image pour obtenir un emploi

Le témoignage de Sandra, relookée par Pôle Emploi.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.

En 2003, son DESS en édition électronique en poche, Sandra décide de s'inscrire à l'atelier "Communiquer par son image" organisé par Pôle Emploi (à l'époque ANPE). Une façon de vaincre sa timidité, d'acquérir plus de confiance en elle, d'évaluer si son apparence correspond bien au poste visé.

On m'a prise pour une avocate

"Notre premier exercice, consistait à deviner le métier de chacun en s'appuyant uniquement sur son apparence. Il y a eu des surprises de taille. La jeune femme que je croyais être une coiffeuse ou une esthéticienne était en fait une chef d'entreprise. Je m'étais fiée à son maquillage très soigné, à sa façon d'être impeccable jusqu'au bout des ongles. Et celle que je prenais pour une PDG était secrétaire. Son côté très strict et sérieux m'avait induite en erreur. Moi-même, on m'a confondue avec une avocate, avec mes cheveux très courts, tirés bien en arrière et mon tailleur gris. Pour les participants, j'étais perçue comme une femme mûre et non comme une jeune diplômée. Par contre, nous avions visé juste en désignant un des participants comme étant un cadre d'entreprise. Il avait le look stéréotypé du quinqua en costume-cravate."

Tous mes défauts sautaient à l'écran

"Le deuxième exercice était filmé. Il s'agissait de simuler un entretien de recrutement. Nous jouions soit le recruteur, soit le candidat. Et chacun critiquait ensuite la prestation de l'autre. L'oeil de la caméra était intransigeant. Tous mes défauts sautaient à l'écran. Impossible de cacher une main qui tremble, ma voix chevrotante, un sourire forcé, une mimique crispée ou un rougissement inopiné. Coté look, il était évident que mon tailleur gris et ma chemise parme n'étaient pas vraiment en phase avec le poste que je convoitais : chef de projet dans une agence de création."

Le test du miroir

"Cheveux tirés en arrière, serviette blanche sur les épaules, face à un miroir, la formatrice nous passait des étoffes autour du visage pour évaluer les couleurs qui convenaient le mieux à notre teint. C'était assez surprenant. Certaines couleurs rendaient mon visage terne et cerné, d'autres au contraire le tirait vers le haut. Moi qui avais l'habitude d'opter pour des couleurs passe-partout, plutôt foncées et classiques, je me suis rendue compte que le vert pomme, le jaune poussin, l'orange, me métamorphosaient."

Je me permets plus de fantaisie

"Il m'a fallu du temps pour modifier mes habitudes vestimentaires. Je n'avais pas non plus les moyens pour changer du jour au lendemain ma garde-robe. Lors de mes entretiens de recrutement, j'ai plus joué sur l'attitude que sur le look. Une fois embauchée, j'ai tenu compte des conseils de Pôle. En rendez-vous avec des clients, je me permets plus de fantaisie. Et il n'est pas rare que je laisse mon tailleur dans ma penderie. Curieusement, je m'aperçois que je suis de plus en plus attirée par les couleurs vives. Mais je me demande si mon look d'aujourd'hui est le bon. Un autre atelier aurait été le bienvenu pour confirmer ou non mes choix."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Entretien d’embauche

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.