Procès des ex-salariés de Goodyear : le conseil des prud'hommes reporte sa décision

Le conseil des prud'hommes a décidé de reporter sa décision dans le procès des ex-salariés de Goodyear, à Amiens.

Le dossier Goodyear devant le conseil des prud\'hommes délocalisé au palais des congrès à Amiens, en octobre 2018.
Le dossier Goodyear devant le conseil des prud'hommes délocalisé au palais des congrès à Amiens, en octobre 2018. (FRANCOIS LO PRESTI / AFP)

Les ex-salariés de l'usine Goodyear d'Amiens-Nord (Somme) ne seront pas fixés sur leur sort jeudi 16 mai, selon les informations de France Bleu Picardie. Le conseil des prud'hommes a décidé de renvoyer les 832 salariés en audience de partage, où un juge départiteur qui tranchera. Aucune date n'a été fixée pour l'heure. 

>> "Quand quelqu'un n'est pas bien, on fait tout pour l'aider" : la vie après Goodyear

En cas de bonne nouvelle, les salariés avaient prévu de se retrouver à 18 heures à Amiens pour fêter leur victoire. Ce rendez-vous est annulé. Mais pour le syndicat CGT, ce n'est "ni une défaite, ni une victoire" car cette audience de départage signifie qu'il y va y avoir un nouveau procès.

"On est impatient de retourner plaider cette affaire devant le juge départiteur", a réagi sur franceinfo Me Fiodor Rilov, l'avocat des anciens salariés Goodyear. "On va le replaider autant de fois qu'il le faudra pour qu'une condamnation exemplaire de ce groupe, qui franchement est à l'origine d'une catastrophe sociale totalement inacceptable, soit rendue à Amiens", a-t-il ajouté.

Un procès hors-norme

Quatre ans après la fermeture de l'usine, c'était un procès hors-norme qui s'était ouvert dans la salle de congrès Mégacité d'Amiens. Entre 400 et 500 personnes, essentiellement des ex-salariés accompagnés parfois de leur famille, avaient suivi cette audience.

En janvier 2014, Goodyear Amiens-Nord avait fermé son usine, entraînant la disparition de 1 143 emplois. Parmi eux, 832 personnes contestent leur licenciement économique, et réclament une indemnisation.