Amiens : les ex-salariés de Goodyear vont faire appel

Les huit anciens salariés de l'usine ont été condamnés à neuf mois de prison ferme pour avoir séquestré deux cadres de leur entreprise.

FRANCE 2

Ce mardi 12 janvier, la décision du tribunal est tombée dans le cadre de la séquestration, durant une trentaine d'heures, de deux cadres de l'usine Goodyear d'Amiens-Nord, dans la Somme : neuf mois de prison ferme. Les ex-salariés sont décidés à se battre contre cette décision. "Il y a d'abord eu la surprise, puis il y a eu l'abattement. Maintenant, ils sont particulièrement en colère. Ils ont immédiatement réagi en disant qu'ils font appel", explique la journaliste Barbara Six.

"Une casse sociale"

Les huit salariés condamnés n'iront pas en prison tout de suite. "Cela fait sept ans qu'ils se battent à Goodyear à Amiens. Tout d'abord pour leurs conditions de travail, ensuite pour sauver leur entreprise, récemment pour créer une Scop et reprendre la fabrication de pneus. Alors pas question de laisser tomber, me disaient-ils tout à l'heure. Ils organisent dès à présent la mobilisation et appellent à une journée d'action nationale avec la CGT et tous les autres syndicats contre ce qu'ils appellent la casse sociale", rapporte la journaliste.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un salarié de Goodyear manifeste devant le site d\'Amiens (Somme), le 5 décembre 2013.
Un salarié de Goodyear manifeste devant le site d'Amiens (Somme), le 5 décembre 2013. (DENIS CHARLET / AFP)