"La position de Ford est indéfendable" : Bruno Le Maire monte au créneau pour sauver l'usine de Blanquefort

Le ministre de l'Économie a accusé, lundi, le constructeur automobile américain de vouloir fermer l'usine située en Gironde, plutôt que de la céder à un repreneur.

FRANCE 2

La décision de Ford est tombée : fermer l'usine de Blanquefort (Gironde), plutôt que d'accepter qu'elle soit reprise. Le président de la firme américaine l'a annoncé par téléphone vendredi 12 octobre à Bruno Le Maire. Le ministre de l'Économie est venu à Bordeaux (Gironde) exprimer son total désaccord. "À partir du moment où nous avons trouvé un repreneur et qu'il y a une offre crédible, la position de Ford est indéfendable", a-t-il affirmé.

La France monte au créneau

En mars dernier, les salariés reprenaient espoir quand Punch, l'équipementier belge, a proposé de reprendre l'usine de boîtes de vitesse et une partie de ses 850 emplois. Lundi 15 octobre, réunis à la préfecture de Gironde, élus locaux et syndicalistes expriment leur colère. "Ford continue à nous mener en bateau [...], nous allons nous battre", a martelé Alain Juppé, maire de Bordeaux. Bruno Le Maire dit avoir appelé le conseiller économique du président Donald Trump. Mais cette mobilisation générale des Français sera-t-elle suffisante pour influencer le constructeur américain ? 

Le JT
Les autres sujets du JT
Le ministre de l\'Economie, Bruno Le Maire, et le maire de Bordeaux, Alain Juppé, participent à une réunion sur l\'avenir de l\'usine de Blanquefort (Gironde), le 15 octobre 2018.
Le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, et le maire de Bordeaux, Alain Juppé, participent à une réunion sur l'avenir de l'usine de Blanquefort (Gironde), le 15 octobre 2018. (NICOLAS TUCAT / AFP)