Trust rajoute une date dans sa tournée pour soutenir les ouvriers de l'entreprise GM&S, en redressement judiciaire

Le groupe de rock Trust était en tête d'affiche vendredi à La Souterraine, dans la Creuse, à l'occasion d’une soirée de soutien aux 283 ouvriers de l'équipementier automobile GM&S, en redressement judiciaire depuis le mois de décembre. 

A la fin du concert de soutien vendredi 21 avril à La Souterraine, les ouvriers de GM&S ont remis une guitare en métal au groupe Trust.
A la fin du concert de soutien vendredi 21 avril à La Souterraine, les ouvriers de GM&S ont remis une guitare en métal au groupe Trust. (AUDREY TYSON / RADIO FRANCE)

Des décibels pour une usine en difficulté. Trente-sept ans après la sortie de leur tube Anti-social, le groupe Trust était en concert vendredi 21 avril dans la Creuse, à La Souterraine, en soutien aux salariés de l'équipementier automobile GM&S, en redressement judiciaire depuis le mois de décembre. 

Le chanteur, Bernie Bonvoisin, s'est dit touché par une lettre envoyée par les ouvriers. "Il y a cette notion de dignité. Quand on a du travail, on a de la dignité. Quand on le perd, on n'en a plus, en tout cas dans ces milieux-là. A partir du moment où l'on perd ça, il ne reste pas grand-chose", a réagi l'artiste.

Quinze jours pour convaincre un repreneur

Les musiciens du groupe de rock ont donc répondu à l’appel des 283 salariés menacées pour être la tête d’affiche d’une soirée de soutien. Les 700 places du concert ont été vendues au prix de 10 euros. Mais pas de cachet d'artiste pour Trust.

Les personnes venues assister au concert font la queue devant les caisses de solidarité. 
Les personnes venues assister au concert font la queue devant les caisses de solidarité.  (OLIVIER ESTRAN / RADIO FRANCE)

Un peu partout, des caisses de solidarité sont installées. Catherine, y laisse 50 euros pour des boissons et des sandwichs. Elle veut aider : "On a déjà vécu ça dans d'autres régions de France. Cela mène à des familles détruites. Plus nombreux on sera à lutter contre ce genre de situation et plus on a de chance d'être entendu. Il faut arrêter de toujours penser finance, dividende, rentabilité".

Les commandes des principaux clients de GM&S, PSA et Renault, ont chuté ces derniers mois et faute de repreneur, l’entreprise pourrait être liquidée le 5 mai prochain. Les 283 ouvriers de GM&S promettent d'autres actions. Il leur reste 15 jours pour convaincre un repreneur et sauver leurs emplois.

Reportage d'Olivier Estran, France Bleu Creuse, pour franceinfo
--'--
--'--