Vacances : à Saint-Martin-de-Ré, les glaciers ont le sourire

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min.
Vacances : à Saint-Martin-de-Ré, les glaciers ont le sourire
France 3
Article rédigé par
P.L.Monnier, O.Labalette, M.Le Rue - France 3
France Télévisions

Les équipes de France Télévisions sont parties à la rencontre d'un glacier incontournable de l'île de Ré, en Charente-Maritime. Qu'importe la météo, l'été est pour lui décisif pour son chiffre d'affaires. 

En pot ou en cornet, les glaces et sorbets font le bonheur des Français. Pour séduire les vacanciers, les professionnels doivent se dépêcher : ils n'ont que deux mois pour réaliser la bonne saison. À Saint-Martin-de-Ré (Charente-Maritime), le glacier La Martinière réalise deux tiers de ses ventes annuelles en été. Il propose une cinquantaine de parfums, à 4 euros les deux boules. Les gourmands se pressent chaque jour par milliers. Le patron, Xavier Cathala, reste en retrait, et surveille. "Le but, c'est d'arriver à faire suffisamment de chiffre d'affaires en juillet et en août pour pouvoir laisser s'écouler l'hiver sereinement, et avoir suffisamment de trésorerie pour rouvrir en avril", explique ce dernier.

Plusieurs millions de chiffre d'affaires

L'enjeu est immense, car Xavier Cathala possède cinq boutiques reparties sur toute l'île. Son chiffre d'affaires s'élève à plusieurs millions d'euros. Pour se démarquer des autres glaciers, il fabrique tout directement sur l'île de Ré, et les fournisseurs sont soigneusement choisis. En plein été, l'atelier tourne sept jours sur sept, 11 heures par jour. Ils produisent 10 000 litres par semaine. "Dans quelques jours, on va passer à une consommation qui est supérieure à ce qu'on est capable de produire", explique Xavier Cathala, dont la production est à flux tendu en cette période de l'année. Les affaires sont tellement bonnes que l'entreprise vient d'ouvrir une nouvelle boutique, il y a seulement quelques jours.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Restauration, hôtellerie, sports, loisirs

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.